Afin de pallier cette carence e se battre contre contre les effets de COVID-19[feminine, le Maroc prévoit d’augmenter les salaires de personnel santé et de mettre en place des incitations fiscales pour attirer les investisseurs et médecins étrangers et inciter les médecins marocains à rester dans le secteur public.

Le ministre a également souligné que son département a déjà autorisé les médecins autorisés à exercer à l’étranger à travailler au Maroc et a levé les obstacles juridiques à l’investissement pour encourager les entreprises étrangères à participer au système de santé marocain.

Concernant les « déserts médicaux », qui désignent une zone géographique où la population a des difficultés à accéder aux soins de santé, des incitations fiscales ou des aides publiques pourraient être prévues pour inciter les personnels de santé à le faire.

Malgré la propagation rapide de la variante Omicron dans le pays, « Il est peu probable que nous parvenions à rétablir le confinement total. Cependant, le renforcement ultérieur des mesures restrictives dépendra de l’évolution de la pandémie « , a noté le ministre.

Quant aux vaccins marocains, Ait Taleb a confirmé que la production commencera officiellement cette année, avec des plans d’exportation vers de nombreux pays africains une fois les tests standard effectués dans les usines. Tout d’abord, ce sera un processus de « remplir Et terminer » qui consiste à remplir les flacons avec le vaccin et assurer la fin du processus d’emballage. « Nous achèterons ensuite les licences pour produire le vaccin localement et commencerons la recherche et le développement », a conclu le responsable gouvernemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *