« La justice et toutes les parties concernées sont appelées à se conformer aux exigences de la décision gouvernementale et à présenter leur carnet de vaccination à chaque fois qu’elle est demandée », telle est la communication citée dans la circulaire conjointe précitée du ministère de la Justice, le présidence du Parquet et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) que manifestement les avocats du Barreau de Casablanca n’aiment pas.

Le barreau de Casablanca a publié dimanche soir un communiqué dans lequel il condamne une nouvelle fois l’obligation de se faire vacciner. Une disposition qui, selon la même source, porte atteinte à l’autonomie de la profession et au libre accès aux tribunaux et à tous les espaces publics qui permettent le droit d’exercer pour les professionnels, outre le fait qu’elle ne correspond pas aux engagements entreprises entre les professionnels et les instances de tutelle afin d’activer une concertation et une concertation collective entre les différentes composantes de l’écosystème judiciaire.

Boycott des audiences

Les costumes noirs ont également souligné qu’il ne s’agissait pas de « leur envoyer des ordres, des directives, ou de leur imposer des restrictions qui limitent, restreignent ou entravent l’exercice indépendant de leurs fonctions, ou les empêchent de le faire face à leurs clients ». « Ils ont estimé que l’interdiction d’accès aux tribunaux est « inconstitutionnelle » et qu’elle est en totale « contradiction » avec les conventions internationales des droits de l’homme, surtout compte tenu des vides juridiques du droit marocain.

Par ailleurs, plusieurs vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux qui immortalisent certains avocats qui ont refusé, lundi 20 décembre, de présenter le carnet de vaccination et de boycotter les audiences, en réponse à l’appel de diverses ordonnances d’avocats, d’associations et de syndicats. devant les tribunaux. Parallèlement, le Barreau métropolitain a nommé des présidents dans toutes les Cours et Tribunaux de Casablanca.

Malgré tout, Ouahbi insiste et fait signe

L’une des raisons qui a poussé le ministre de la Justice à réagir, mardi dernier au Parlement, est la saisie par l’Association nationale des avocats du Maroc du Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’indépendance des juges et des avocats, sur l’obligation de présenter la vaccination pass pour accéder aux tribunaux du pays Devant les députés de la nation, Abdellatif Ouahbi a déclaré que l’obligation du passeport de vaccination n’est qu’une loi qui doit également être appliquée au sein des tribunaux.

« L’état d’urgence sanitaire fait l’objet d’une loi qui doit être appliquée, en premier lieu par le ministère de la Justice. La carte de vaccination est prévue par la loi sur l’état d’urgence sanitaire, discutée au Parlement et qui confère des pouvoirs au gouvernement. Ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de loi doivent d’abord le savoir », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *