La sous-variante de la souche du coronavirus Omicron qui, selon certaines études, pourrait être plus contagieuse que la version originale, a été détectée au Maroc, confirme une source sûre qui a préféré garder l’anonymat. L’organisation mondiale de la Santé a de son côté confirmé que le BA.2 circule désormais dans 57 pays.

Après Omicron, qui avait contraint les autorités marocaines à fermer les frontières, voici qu’on annonce la détection au Maroc du sous variant BA.2. Selon une source experte, ici à préféré garder l’anonymat, ce sous-variant existe bel et bien au Maroc. Identifié comme étant plus contagieux qu’Omicron, ce nouveau venu remet au-devant de la scène les interrogations sur les décisions sanitaires à prendre alors qu’on sort tout juste d’une vague qui a été signalée par une hausse sans précédent des cas de Covid19.

Selon plusieurs études, la sous-variante de la souche du coronavirus Omicron est plus contagieuse que la version originale. Il a été détecté dans 57 pays, a annoncé l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ici une demande que des études soient effectuées sur les caractéristiques du virus.

L’Organisation explique que la variante Omicron, qui représente plus de 93 % de tous les spécimens de coronavirus collectés au cours du mois écoulé, compte plusieurs sous-variantes : BA.1, BA.1.1, les premières versions inefficaces, puis BA. 2 et BA.3.

La note de l’OMS précise une nette augmentation du nombre des cas impliquant le BA.2, qui compte plusieurs mutations différentes de la version originale, notamment sur la protéine spike marquant la surface du virus et qui est essentielle pour pénétrer dans les cellules humaines. Des séquences désignées BA.2 ont été soumises au GISAID (Global Initiative on Sharing Avian Influenza Data) par 57 pays à ce jour, a souligné l’OMS, ajoutant que, dans certains pays, ce sous-variant devient désormais plus de la moitié des séquences enregistrées par Omicron.

Les scientifiques sont à pied d’œuvre pour tenter d’en savoir encore plus sur les différences entre les sous-variantes. De son côté, l’OMS a demandé que des études soient réalisées sur les caractéristiques du virus, notamment sur sa transmissibilité, sa capacité à échapper aux protections immunitaires et sa virulence.

En attendant, les premières données indiquent qu’il s’agit d’une souche plus contagieuse que l’Omicron original. En effet, une étude effectuée au Danemark prévoit que le BA.2 est une fois et demi plus contagieux que son prédécesseur. A ce jour, rien ne montrait jusqu’à présent que la sous-variante BA.2 présentait davantage de gravité. Mais le fait qu’il soit plus transmissible va arriver à terme à un nombre plus élevé de personnes infectées et donc hospitalisées, expliquent des experts mondiaux. Autre constat des chercheurs : les personnes sont plus susceptibles d’être infectées par BA.2 que par BA.1, quel que soit leur statut vaccinal, mais surtout si elles étaient vaccinées voire vaccinées avec rappel. A noter également qu’en Israël, les scientifiques ont révélé que plusieurs personnes qui avaient été contaminées par Omicron de nouvelles infectées par la sous-variante BA.2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.