Aller au contenu

Le « vert » et le « numérique » sur la cote auprès des étudiants

Le SEF (Salon des études en France) est de retour en ce mois de novembre au Marriott de Rabat. Comme à l’acoutumée, cette manifestation entièrement dédiée aux rencontres entre les bacheliers, les étudiants, les parents et les grandes écoles françaises a comme défi de mieux orienter les futurs candidats à l’immigration estudiantine. Plus ou moins, les grandes écoles françaises sont des lieux de rencontre de leurs futurs étudiants à Rabat.

Les 15 et 16 novembre 2022, les stands des écoles de management, d’ingénieurs, de sciences appliquées et de communication se tailleront la part du lion des visiteurs-interrogateurs. Mais le mot qui revient comme une ritournelle demeure le « numérique ». Car le digital est, de nos jours, la réponse qu’elle en soit la question. – « Qu’est-ce qui fait de vous une école avant-gardiste et bien ancrée dans le sérail professionnel ? » – « Numériques ». – « Qu’est-ce qui justifie les frais de scolarité dépassant de loin ceux de vos concurrents ». –« nous sommes les mieux connectés à l’ère numérique ».

Aussi, « Business » et « B2B » sont presque toujours sur toutes les pancartes et toutes les insertions professionnelles des diplômés passent tout le temps. 59.9%, 71.3%, 99.9%,… les pourcentages de l’insertion post-diplômes semblent regardés à la virgule près. Vérité ou encore un coup de marketing ? La vraie question est ailleurs.
« Un grand nombre d’étudiants marocains ayant choisi de poursuivre leur cycle supérieur dans notre école décide de faire un come-back vers le Maroc, jugeant qu’un diplôme français pèse assez lourd dans le marché du travail au Maroc », affirme Cédric, directeur administratif dans une grande école de management, basé dans plusieurs villes en France.

Selon ses mots : « Les énergies renouvelables, la logistique, la finance et le marketing sont et demeurent des filières d’avenir. Les titulaires de licences et masters dans ces secteurs se plaignent rarement, a fortiori s’ils ont opté pour une grande école ».

Des filières en vogue
Chez Campus France (agence nationale chargée de la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, de la gestion des bourses du gouvernement français et des étrangers et de l’accueil des étudiants internationaux) les charges de dossier sont retroussées les manches car la saison des préinscriptions a déjà commencé.

Parmi ces stands qui ne désempissent pas, il y a lieu de se nommer BBA Big Data & Management – ​​​​Audencia Bachelors. Une formation prépare des managers pluridisciplinaires à dispenser un cursus managérial en finance, management, marketing et stratégie, mais aussi à enseigner la technique de collecte, d’analyse et d’utilisation des femmes pour améliorer la performance des entreprises. Co-construit par Audencia et Centrale Nantes, ce cursus promet un aboutissement à « un programme à forte dimension internationale et professionnelle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *