Aller au contenu

Les Lions de l’Atlas rendent hommage à feu Haj Larbi Ben Barek

En marge du match amical entre le Maroc et le Pérou, les Lions ont rendu hommage à Larbi Ben Barek. Cet hommage met particulièrement en lumière la contribution des joueurs marocains pionniers à la radieuse histoire footballistique du royaume.

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) et l’Atletico Madrid ont rendu un vibrant hommage à feu Haj Larbi Ben Barek, grande figure du football marocain et mondial, avant le coup d’envoi de la rencontre amicale de mardi soir au Civitas Stadium Metropolitano de Madrid. sélection marocaine à son homologue péruvienne.

Plus qu’une reconnaissance du grand parcours et du brillant parcours du défunt tant au Maroc qu’en Europe, cet hommage au  »perle noire » souligne la contribution des joueurs marocains pionniers à l’histoire radieuse du football du royaume.

Un portrait géant de feu Haj Larbi Ben Barek a été érigé à l’entrée du Métroaux côtés des légendes du clubAtletico Madrid.

Avant le coup d’envoi, une vidéo retraçant les moments de carrière d’un des plus grands footballeurs de l’histoire du XXe siècle a été projetée sous les applaudissements du public.

Attaquant au talent exceptionnel né à Casablanca le 16 juin 1917, feu Ben Barek est passé par les Etats-Unis marocains et le Wydad Casablanca avant de débarquer dans le football français (Marseille, Stade Français).

Au cours d’une carrière qui a commencé avant la Seconde Guerre mondiale et s’est terminée dix ans après ce conflit, il a porté les couleurs du club de l’Atlético de Madrid pendant six saisons.

De 1948 à 1954, il a remporté deux titres de champion (1950, 1951) et marqué 58 buts en 114 matchs de Liga avant de se retirer du sport à 41 ans.

Le regretté Ben Barek a joué vingt fois pour le Maroc avant de rejoindre les Bleus de France de 1938 à 1954, la dernière fois à près de 40 ans.

En octobre 1954, il joue pour l’équipe nationale nord-africaine contre la France, lors d’un match amical des victimes du tremblement de terre à Orléansville (Chlef) en Algérie.

En 1960, il devient brièvement administrateur du Maroc, quelques années après l’indépendance du Royaume. Sa trajectoire sportive symbolise les liens étroits entre le Maroc et l’Espagne, encore renforcés par l’annonce récente de la candidature conjointe Espagne-Portugal-Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *