« Une variante plus transmissible – si elle se confirme – finit par toucher la planète entière », observe-t-il cependant, dans une analyse intitulée « La nouvelle variante sud-africaine : inquiétude et vigilance ». Selon lui, seul le respect des mesures barrières peut étouffer les cas importés et ralentir la propagation des virus en attendant de protéger la population avec plus de vaccinations.

Se prononçant en faveur d’une plus grande vigilance, grâce à une vaccination rapide, complète et généralisée, l’expert a affirmé qu’elle est « la seule arme disponible à ce jour pour réduire le risque d’émergence de nouvelles variantes ». vie normale et la fin de cette pandémie ».

Selon lui, la variante Omicron, qui regroupe 30 mutations dont 10 concernent une partie du virus associée à la transmissibilité et à la protection immunitaire, a été détectée en novembre en Afrique du Sud, dans une province peuplée qui concentre 80% de tous les cas de coronavirus. . dans le pays, dont la vaccination ne dépasse toujours pas 24% de sa population.

Faisant référence à des scénarios possibles à l’échelle planétaire, le Dr Hamdi a averti que si cette nouvelle variante s’avérait légèrement plus transmissible que Delta, qui est désormais la dominante, la situation ne devrait pas connaître de changement appréciable, tandis que si la transmissibilité atteint 50% ou plus que Delta, le monde devra faire face à de nouvelles vagues très fortes, notamment dans les pays sous-vaccinés. Côté virulence, si Omicron s’avère plus transmissible et moins virulent que Delta (peu probable mais possible), cette variante remplacera Delta par des vagues moins sévères et moins de morts, a-t-il précisé. Concernant la résistance aux anticorps, l’expert a poursuivi que si le variant contrecarrait efficacement l’immunité, les laboratoires et les chercheurs devraient adapter leurs vaccins pour y faire face et cela prendrait quelques mois.

Concernant l’efficacité des vaccins contre la variante Omicron, le Dr Hamdi fait valoir qu' »une réponse définitive ne peut être donnée pour le moment ».

« Il y a des indications que cette variante pourrait annuler ou affaiblir l’efficacité des vaccins, et qu’il pourrait y avoir un plus grand risque de réinfections chez les personnes déjà guéries de Covid », a-t-il averti, arguant que certaines mutations de cette variante sont déjà connues pour leur capacité à aider le virus à échapper au système immunitaire et à résister aux anticorps.

A ce propos, l’expert a indiqué que des prélèvements ont été effectués dans le sang de personnes déjà vaccinées ou guéries du Covid, pour comparer leurs anticorps au nouveau variant dans les laboratoires, ajoutant que les premières réponses seront disponibles dans deux semaines. , alors qu’un suivi de la situation en Afrique du Sud dans les conditions réelles de l’épidémie donnerait des réponses plus précises, mais avec plus de retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.