L’Union européenne (UE) semble vouloir rassurer le Maroc sur l’accord de pêche et l’accord agricole, annulés sans effet immédiat par le dernier arrêt de la Cour de justice européenne.

L’UE n’a laissé aucun doute sur les vertus de ces accords sur les peuples du Sahara, réfutant, avec des chiffres clairs, la thèse du front séparatiste qui accuse le Maroc d’exploiter indûment les ressources du Sahara. Une manière de démontrer la volonté de l’Union européenne de continuer à coopérer avec le Royaume malgré les interprétations juridiques, sachant que le discours royal à l’occasion de la Marche verte a bien précisé qu’aucun futur accord de coopération économique ne sera conclu s’il le fait ne pas inclure tout le territoire marocain.

Dans son rapport annuel, rendu public mercredi, la Commission européenne a confirmé une nouvelle fois que la population des provinces du sud du Royaume bénéficie pleinement des accords conclus entre le Maroc et l’UE. Ce rapport s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord sous forme d’échange de lettres, modifiant les protocoles 1 et 4 de l’accord d’association Maroc-UE, entré en vigueur le 19 juillet 2019, communément appelé « accord agricole » .

Le rapport, qui détaille les différents aspects des bénéfices que cet accord apporte à la population des provinces du sud du Royaume, adopte un ton positif, qui n’est que le reflet de la qualité et de la solidité du Partenariat entre le Maroc et l’Union européenne. , qui se distingue par son esprit de confiance et d’ouverture. Ses éditeurs confirment la démarche adoptée par les autorités marocaines pour favoriser l’ouverture économique des provinces du sud et en faire un véritable hub attractif dans le cadre d’un partenariat bénéfique entre l’UE, le Maroc et son continent africain.’

En une quarantaine de pages, le document atteste, par des chiffres, l’impact positif et visible de l’accord sur le développement socio-économique des provinces du sud et de leurs populations, en termes de croissance économique, de production et de développement. produits, la création d’emplois et l’investissement. A cet égard, il souligne la dynamique vertueuse et la croissance rapide que connaissent ces régions et l’action entreprise par le Maroc pour le développement de ses provinces du sud, dans le cadre du «  Programme de Développement 2016-2021  », à travers la mise en œuvre d’une multitude de projets de grande envergure.

Le développement des régions du sud est souligné

Un autre point crucial, soulevé par la Commission européenne et le SEAE (Service européen pour l’action extérieure) dans leur rapport, est la pertinence des politiques publiques mises en œuvre dans ces régions, mettant en évidence les résultats remarquables obtenus à différents niveaux et leurs effets multiplicateurs en termes d’investissements. , généralisation de la protection sociale à l’ensemble de la population marocaine, amélioration des conditions de travail, insertion socio-économique des femmes, soutien vigoureux aux jeunes ou encore développement des infrastructures.

Le rapport constitue donc une reconnaissance par l’Exécutif européen et le SEAE des efforts considérables consentis par le Royaume dans ses provinces du sud, compte tenu du souci d’une utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles (projet du port de Dakhla, projet de la station de dessalement…).

Démenti ferme par les institutions européennes à la fausse thèse d’un soi-disant « pillage » des ressources des provinces du sud, véhiculée par les opposants à l’intégrité territoriale du Royaume, le rapport corrobore le bénéfice avéré pour les peuples de la Sahara marocain observé et enregistré par des représentants de la Commission européenne et du SEAE lors d’une visite en septembre 2021 au Maroc, y compris dans les provinces du sud.

En effet, cette visite a permis aux responsables européens d’observer, sur le terrain, tous les progrès socio-économiques tangibles dans ces régions, d’interagir avec les représentants légitimes des populations concernées et de prendre conscience de l’importance fondamentale du partenariat Maroc-UE dans consolider l’ouverture économique des provinces du sud.

Le rapport rappelle sans ambages que les rencontres avec divers acteurs économiques, autorités locales et représentants de la société civile, dont des organisations actives dans le domaine des droits de l’homme, ont permis de constater leur plein soutien à l’effort de développement de ces régions, leur soutien à l’Accord en tant qu’instrument de développement économique et social de ces régions et leur satisfaction quant à sa mise en œuvre et à son caractère bénéfique.

Il met en lumière les efforts et les réalisations du Maroc dans la défense des droits de l’homme au niveau national et son rôle actif au niveau multilatéral, comme en témoigne le rapport annuel de l’UE sur les droits de l’homme et la démocratie dans le monde (2021), et atteste de sa densité de Maroc- coopération de l’UE dans ce domaine, citant les nombreux projets mis en œuvre dans le cadre de la déclaration politique commune, adoptée par le Conseil d’association en juin 2019.

Concernant la question du Sahara marocain, le rapport rappelle le ferme soutien de l’UE au processus en cours au niveau de l’ONU pour le règlement de ce différend régional et l’importance de faciliter la mission du nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général. ONU, Staffan de Mistura. Il affirme l’engagement de l’UE à renforcer la coopération régionale et sa volonté d’y contribuer.

A la lecture des différents chapitres du rapport, le constat qui se dégage constitue un nouvel affront infligé par la Commission européenne et le SEAE à l’Algérie et au Polisario, qui ont récemment multiplié les manœuvres infructueuses visant à remettre en cause la légalité des accords. l’UE et le Maroc, couvrant les provinces du sud.

Enfin, le rapport sonne comme une fin d’irrecevabilité envers l’Algérie et le Polisario par la Commission européenne et le SEAE qui attestent de la continuité des relations commerciales entre le Maroc et l’UE, confirment leur stabilité et réaffirment leurs engagements L’Europe dans le cadre de son partenariat global avec le Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *