Cet après-midi, le ministre espagnol des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’affaires à l’ambassade du Royaume à Madrid pour discuter de la décision prise par les autorités marocaines, rapporte le journal espagnol. « Le confidentiel « . « L’argument avancé n’est pas acceptable du point de vue de l’Espagne car il ne correspond à aucune réalité », a réagi le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, ajoutant que « l’Espagne répond à tous les critères des organisations internationales dans la lutte contre le Covid. . -19. « .

Cette réaction virulente du chef de la diplomatie espagnole fait suite à une déclaration du ministère marocain de la Santé, dans laquelle il expliquait le choix du Portugal, au lieu de l’Espagne, comme pays de départ pour rapatrier les Marocains bloqués en Europe.

« Cette décision s’explique par l’absence de garanties tangibles quant au respect des mesures déjà adoptées, dont le contrôle du carnet de vaccination et de l’état de santé des passagers, selon une approche ferme, appropriée et dans le respect des recommandations et règles internationalement reconnues. », a expliqué le ministère marocain dans une mise à jour publiée lundi soir. Et de souligner « Les autorités espagnoles compétentes sont loin d’assurer une action de contrôle rigoureuse sur l’état de santé des passagers lors de l’embarquement des passagers dans les aéroports ».

Rappelons que le 15 décembre le gouvernement marocain a autorisé « à titre exceptionnel » les Marocains résidant à l’étranger à rentrer dans leur pays en provenance du Portugal, de la Turquie et des Emirats Arabes Unis. Une opération qui devait se terminer le 23 décembre mais qui a été prolongée jusqu’au 31 décembre. Ainsi, des milliers de Marocains se sont retrouvés bloqués à l’étranger suite à cette décision qui suspend les vols de passagers à destination et en provenance du Maroc en raison de la propagation rapide de la variante Omicron du Covid-19 et de la résurgence de la pandémie en Europe. Ces restrictions de déplacements ont été mises en place « afin de préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 », selon les autorités.

Concernant le protocole sanitaire, les autorités précisent que les Marocains qui seront rapatriés devront démontrer un test PCR négatif de moins de 48 heures et seront soumis à des tests PCR toutes les 48 heures dans les hôtels où ils seront hospitalisés (aux frais de l’état) pendant 7 jours. .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.