Aller au contenu

L’étude de synthèse d’avant-projet lancée en mai

L’Office national des chemins de fer doit lancer le 10 mai les études d’avant-projet de la LGV Marrakech-Agadir. La consultation pour laquelle l’Office a réservé un budget de 120 millions de dirhams portera, entre autres, sur l’analyse, l’optimisation et la révision de l’étude de faisabilité de l’infrastructure et la recherche de sous-variantes du tracé.

Le projet de ligne à grande vitesse (LGV) Marrakech-Agadir faire avancer. L’Office national des chemins de fer (ONCF) travaille sur les études d’avant-projet de cette future liaison ferroviaire. La consultation pour laquelle l’Office réserve un budget de 120 millions de dirhams portera, entre autres, sur l’analyse, l’optimisation et la révision de l’étude de faisabilité de l’infrastructure et la recherche de sous-variantes du tracé. Il s’agit également de réaliser des études de gares ET structures terminales, ainsi que l’étude d’avant-projet d’ouvrages d’art de toute nature, y compris tunnels, viaducs et tranchées couvertes et non couvertes. La mission élaborera également le programme technique d’exploitation qui exprime les besoins de l’ONCF en matière d’exploitation et de maintenance du trafic et élaborera le programme technique d’exploitation qui intègre les besoins de l’Office en matière de gestion de l’automatisation, y compris la planification des itinéraires et le suivi des trains.

Le réseau national TGV couvrira 5 grandes régions du Maroc

Il convient de rappeler que l’Office mène actuellement des études approfondies, notamment les modalités institutionnelles et financières du prolongement de la LGV jusqu’à Marrakech sur une distance de 390 kilomètres. Rabi KhlieDG de l’Office, qui s’exprimait à l’ouverture de la 11e édition du Congrès mondial deUnion internationale des chemins de fer (UIC) sur la ligne à grande vitesse de Marrakech début mars, indiquait que l’ONCF travaillait à la réalisation de toutes les études nécessaires pour une ligne à grande vitesse pour le transport de voyageurs et de marchandises sur une distance de 239 kilomètres à partir de Marrakech à Agadir. « Grâce au prolongement de ces deux lignes sur l’axe Atlantique, le réseau national à grande vitesse couvrira cinq grandes régions qui se distinguent par leur dynamisme et leur poids économique et social, ainsi que par la densité des flux quotidiens qui les animent. », a souligné le patron de l’ONCF. Selon le ministre des Transports, Mohamed AbdeljalilSurvenu également dans le même événement, cette extension, qui nécessite la mobilisation de près de 10 milliards d’euros, se traduira par une couverture plus dense de l’axe atlantique par le réseau à grande vitesse, la portant à plus de 800 km.

Lire aussi : TGV Casablanca-Marrakech : des informations détaillées au départ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *