Aller au contenu

Malgré des progrès, l’insécurité alimentaire persiste au Maroc

Le rapport intitulé « L’insécurité alimentaire et ses mécontentements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » indique qu’environ 36% des citoyens marocains souffrent d’insécurité alimentaire, à un moment où le Maroc est fortement dépendant des importations alimentaires. Le rapport indique qu’il existe un écart de sécurité alimentaire entre les villes et les zones rurales, car l’insécurité s’aggrave dans le Maroc rural, atteignant 40%, contre 30% dans les villes.

Le même rapport examinait le Plan Maroc Vert, qui ne garantissait pas la sécurité alimentaire des Marocains mais accordait des concessions aux grands agriculteurs, selon la même source. « Alors que le Plan Maroc Vert 2008 augmentait la production alimentaire, les grandes entreprises agricoles étaient les principaux bénéficiaires au détriment des petites entreprises agricoles et rurales, et leur dépendance aux importations alimentaires était élevée », explique le rapport, ajoutant que le Plan Génération Verte 2020- 2030 a tenté de corriger les inégalités antérieures en mettant l’accent sur le développement humain dans les zones rurales.

Cependant, ce nouveau régime, à son tour, n’a pas encore porté ses fruits, même environ 3 ans après son lancement, car les résultats du Baromètre arabe montrent que la fracture entre les zones rurales et urbaines se poursuit malgré ces efforts.

Les défis du pouvoir d’achat

Le rapport prévoit que le problème de sécurité alimentaire du Maroc persistera compte tenu de sa forte dépendance aux importations, ce qui matérialisera la vulnérabilité à la hausse des prix étrangers, car cette augmentation devrait continuer à augmenter. de la guerre en Ukraine sur la chaîne d’approvisionnement ne va pas s’estomper.

Selon les données publiées par le rapport, 36% des Marocains ont confirmé que la nourriture qu’ils avaient achetée était épuisée et qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour en acheter plus. Le pourcentage monte à 62% pour les citoyens marocains qui craignaient de manquer de nourriture avant d’avoir l’argent pour en acheter plus, les incitant à déclarer que pour eux le type de gouvernement au Maroc n’a pas d’importance, tant qu’il reste capable de résoudre le problème économique. problème du pays.

Le même rapport s’attarde également sur les menaces environnementales qui aggravent le problème de la sécurité alimentaire, apparu avant même la pandémie et la guerre en Ukraine. La pollution, la désertification, les températures élevées, les saisons sèches et l’augmentation de la salinité des sources d’irrigation ont tous affecté le Maroc et les pays arabes à travers leur impact sur le secteur agricole. De plus, 40% des Marocains pensent que le gouvernement devrait faire plus dans la lutte contre le changement climatique.

A l’heure où les Marocains estiment que le plus grand défi pour leur pays est la situation économique, des attentes pessimistes persistent dans le Royaume quant à la persistance du problème de l’insécurité alimentaire à l’avenir.

Situation générale

En outre, dans neuf pays sur dix, plus de la moitié des citoyens craignent de manquer de nourriture avant de pouvoir en obtenir davantage, ce qui suggère que la menace de l’insécurité alimentaire se profile de manière précaire. C’est particulièrement vrai en Libye (67%), au Liban (63%) et au Maroc (62%), où les citoyens des autres pays sont moins susceptibles d’avoir manqué de nourriture mais sont toujours préoccupés par sa perspective. Alors que les différences dans les préférences pour l’action gouvernementale sur l’économie sont présentes mais faibles, les différences parmi ceux qui ont envisagé de quitter le pays sont plus importantes. Partout à l’exception du Soudan, du Liban et de l’Égypte, les personnes en situation d’insécurité alimentaire expriment un plus grand désir de migrer. Ces écarts sont particulièrement frappants au Maroc (16 points) et en Palestine (12 points), ironie du sort, les deux pays ayant les taux de pénurie alimentaire les plus faibles avec respectivement 36 et 34 %.f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *