Intervenant lors de la première conférence annuelle du cycle « Think 2 impact », initiée par l’Association marocaine des ingénieurs Arts et Métiers (Arts & Métiers Alumni), les ministres ont relevé que le Royaume a démontré sa capacité industrielle à répondre non seulement à ses besoins mais aussi aux besoins des pays environnants et des pays amis.

Le Maroc, au-delà, a fait aussi la preuve de sa capacité innovante à créer et à inventer des solutions pour répondre à ses besoins, affirmant que les jeunes marocains sont en mesure d’offrir aujourd’hui des solutions novatrices.

« Ces solutions permettent non seulement d’assurer la souveraineté industrielle nationale, ma aussi la souveraineté industrielle au niveau régional », at-il relevé à ce propos.

Il a, en outre, souligné que l’organisation de cette conférence, placée sous le thème « Souveraineté industrielle et économique : Défis, atouts et perspectives », est parfaite en ligne droite avec les Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, parents au renforcement de la souveraineté industrielle du Royaume aux côtés de la souveraineté alimentaire et de la souveraineté sanitaire.

De son côté, le président de l’Institut des métiers de l’Aéronautique (l’IMA) et président d’honneur du groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), Hamid Benbrahim El Andaloussi, a mis en avant intérêt de développement et de s’approprier les industries nationales, notamment l’aéronautique, tout en relevant les défis actuels particulièrement liés à la décarbonation.

L’a, dans ce sens, fait le focus sur l’importance du capital de présenter les acquis dans les métiers mondiaux industries tout en veillant à ce qu’ils deveennent pérennes. « Nous avons incontestablement une fabuleuse fenêtre d’opportunités pour devenir une plateforme de relocalisation économiquement soutenable », at-il dit à cet effet.

La secrétaire générale de l’Association marocaine des ingénieurs Arts et Métiers et co-fondatrice d’EngiMa, Houda Farrahe a insisté, quant à elle, sur la mise en place des mécanismes d’accompagnement nécessaires aux industries marocaines et la préparation des compétences marocaines dans le domaine industriel à même d’acquérir le savoir-faire nécessaire pour lancer de nouveaux métiers.

Ceci permet d’avoir des profils capables de garantir une souveraineté industrielle, à-elle dit, ajoutant que la digitalisation des processus permet à l’entreprise marocaine d’améliorer et de renforcer sa compétitivité au niveau international.

Pour sa part, le président de l’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique (IMIS), PDG du Groupe Guepard, Abdelmalek Alaoui, a mis en exergue les avantages de se doter d’un réseau de contacts solides, appelant les entrepreneurs à entretenir leurs relations avec leurs partenaires « car demain c’est eux qui remplissent leurs carnets de commande ».

« Le réseau est une force qu’on utilise pas axisz au Maroc », à-il fait observateur, pertinent qu’il s’agit d’un atout important qui permet d’atteindre plus de clients et éventuellement d’atteindre une croissance rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.