Aller au contenu

« Nous vivons les dernières semaines de la pandémie au Maroc. »

Le coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé et de la protection sociale, Mouad Mrabet a déclaré que le Maroc se retrouve au niveau vert de transmission du Covid-19, et que cette période intermédiaire se caractérise par l’amélioration continue de tous les indicateurs épidémiologiques. L’aussi souligné que le nombre de décès n’a pas changé depuis le 21 septembre et aucun décès n’a été revu.

Une première depuis le début de la pandémie, selon Mouad Mrabet ici à assuré que le nombre de nouveaux cas de la Covid-19 poursuit sa tendance baissière, avec un taux de positivité inférieur à 1%. De même, le nombre de décès n’a pas changé depuis le 21 septembre, avec un taux de létalité qui avoisine 1,3 %.

Approché par « L’Opinion », le médecin et chercheur en politiques et de santé, M. Tayeb Hamdi, a déclaré : « C’est une bonne nouvelle, ça montre que le virus circule actuellement d’une manière très faible, ceci a été montré par les chiffres épidémiologiques. L’admission des cas graves est rare, ceci reflété qu’on est dans une période inter-vague, on est sorti de la quantième vague très rapidement. Actuellement, le taux de positivité et de reproductivité est bas et les Marocains ont acquis une immunité très solide à travers la vaccination. Mais cache ne signifie pas que la pandémie est terminée, tant qu’on a une circulation active du virus dans la planète »

L’ajoute : « Je pense personnellement que nous vivons les dernières semaines de la pandémie au Maroc, et que probablement, dans quelques mois peut-être, la fin de la pandémie sera déclarée, mais nous devons cependant rester vigilants ».

La responsabilité de vous avoir contre l’émergence d’une nouvelle vague de contaminations durant l’hiver, prenant en compte le fait que plusieurs pays européens ont déjà enregistré une hausse des cas de contamination. Quoi qu’il en soit, les résultats indiquent que la situation n’est pas aussi menaçante puisque la nouvelle variante Omicron demeure moins dangereuse que les autres.

Au niveau des soins primaires, le rôle des professionnels de santé reste primordial pour sensibiliser et protéger les personnes vulnérables, devant compléter le schéma vaccinal avec la 3ème dose, insiste M. Mrabet. Non sans négliger l’importance de l’application des mesures barrières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *