Les amendements « phares » de la CGEM à la loi de finances 2022 ont été adoptés par les deux Chambres du Parlement. Cela n’a pas manqué de ravir la centrale patronale, qui réfléchit déjà au PLF 2023. Détails des principaux amendements concernés.

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) s’est félicitée de l’adoption et de l’approbation par les deux Chambres du Parlement des principaux amendements « au Budget 2022 qu’elle a proposés, par l’intermédiaire de son groupe à la Chambre des Conseillers.

Ceux-ci inclus:
1. L’abaissement du plafond des conventions d’investissement bénéficiant d’exonérations de TVA et de droits de douane de 100 à 50 millions de DH.
2. L’abattement de 70 % sur les plus-values ​​de cession d’actifs au cours de l’année 2022 (hors terrains et constructions), sous réserve : i) du réinvestissement de toutes les plus-values ​​dans les secteurs productifs, ii) de la détention des actifs depuis plus de 8 ans, iii) investir dans les 36 mois, iv) détenir l’investissement pendant au moins 5 ans.
3. Le renouvellement de l’exonération d’impôt sur le revenu des nouvelles embauches permanentes pour l’année 2022.
4. Adaptation du régime fiscal de Takaful à l’assurance conventionnelle.
5. Neutralité TVA pour les fonds de titrisation avec possibilité de non remboursement de 1/10 par an de non détention d’actifs immobiliers.
6. Supervision des transactions réglées en espèces, qui ne seront plus soumises à l’amende de 6 % lorsque le client dépose les paiements à la banque du fournisseur.
7. La révision à la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés de 28 à 26% pour les sociétés exerçant une activité industrielle dont le bénéfice net est inférieur ou égal à cent millions (100 000 000) de dirhams.
8. La révision du tarif proposé pour la contribution sociale de solidarité (CSS), reconduit pour l’année 2022 par l’exécutif, pour alléger la pression sur les petites et moyennes entreprises. La nouvelle échelle est la suivante :
Bénéfices de 1.000.000 à 5.000.000 DH : 1,5% au lieu de 2%.
5 000 000 DH à moins de 10 000 000 DH : 2,5% au lieu de 3%
10 000 000 DH à moins de 40 000 000 DH : 3,5% au lieu de 3%.
Supérieur ou égal à 40 000 000 DH : 5%
9. La révision à la baisse de la cotisation minimale pour atteindre le taux de 0,40 % pour les entreprises à résultat courant hors amortissement, en vue de sa suppression d’ici 2025.
10. Deux amendements sectoriels concernant le secteur des détergents et l’industrie métallurgique.

Enfin, en accord avec le Gouvernement, 2 engagements ont été pris, ajoute la CGEM. EST :
• Activer une remise sur les pénalités et surtaxes pour non-présentation des micro-entreprises n’ayant pas déposé de déclaration fiscale les années précédentes et souhaitant régulariser leur situation au cours de l’année 2022.
• Accorder des subventions directes aux entreprises qui s’engagent à investir dans l’innovation et la recherche, suivant un système de labellisation accordé par des instituts spécialisés, dans le but de développer la filière et de promouvoir le Made in Morocco. Cet engagement se concrétisera par la signature d’un accord par l’ensemble des parties prenantes, qui définira les modalités pratiques.

Par ailleurs, la CGEM réfléchit déjà au Budget 2023. « Nous commencerons les travaux en février 2022 et nous compterons sur vos contributions à vos Fédérations et Régions CGEM respectives d’ici fin avril 2022 », annonce Chakib Alj, président de la CGEM. , aux membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.