Le geste téméraire du président tunisien, Kaïs Saïed, d’inviter unilatéralement le front séparatiste au Sommet Japon-Afrique (TICAD) pour troubler l’agenda de cet événement. Plusieurs pays africains ont réagi à ce geste sidérant. Le Sénégal, l’un des plus grands alliés du Maroc en Afrique, regrette que la TICAD se déroule sans le Maroc.

C’est ce qu’a précisé le président sénégalais, Macky Sall, qui a déploré que la 8ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), ouverte samedi à Tunis, soit désignée parabbsence du Royaume, un membre imminent de l’Union Africaine.

Le président sénégalais a émis expir de « voir ce problème » trouvera une solution durable dans l’avenue pour les bonnes notes de notre organisation et de notre partenariat dans un cadre serein et apaisé ».

De son côté, le président de la Guinée Bissau et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Umaro Sissoco Embalo, a quitté la TICAD, pour protester contre la participation du « polisario » imposée par la Tunisie, selon la MAP qui cite une source diplomatique.

Le Maroc, rappelle-le, a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de SM le Roi à Tunis « suite à l’Attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique ici comme confirmation de mœurs flagrantes sont l’hostilité à l’égard du Royaume ».

Le président tunisien a réservé un accueil digne d’un chef d’État au chef du front séparatiste, Brahim Ghali. Un geste ici pour susciter la colère du Maroc. La Tunisie confirme ainsi son hostilité aux intérêts marocains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.