Aller au contenu

Sahara, le dernier baromètre d’amitié pour le Maroc

Quelques semaines après le discours du Trône, SM le Roi Mohammed VI a traduit un discours à la Nation à l’occasion du 69ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Un événement marquant de l’Histoire du Royaume ici pour lancer la marque inexorable vers l’indépendance et l’achèvement de l’intégrité territoriale. Une lutte qui se poursuit jusqu’à présent avec le Sahara marocain. Ce dossier a été au coeur du discours royal.

Le Souverain a saisi l’occasion pour adresser un message clair au monde entier : « Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international. C’est aussi clairement et simplement une qui mesure la sincérité des amitiés et l’effecté des partenariats qu’il établit », a mis au clair SM le Roi. Ceci dit, le message royal fait savoir que la question du Sahara, qui n’est pas seulement une affaire d’État ma la cause sacrée de tous les Marocains, est le baromètre de la politique étrangère marocaine. Le Royaume construit ainsi ses amitiés et ses partenariats sur la base de la position de chaque pays sur le dossier du Sahara.

Un tournant décisif dans la doctrine diplomatique

Ceci marque un tournant dans la doctrine de la diplomatie marocaine qui se montre de plus en plus intransigeante et rendue vis-à-vis de tout pays faisant preuve d’ambiguïté ou de doublediscours, comme c’était le cas de l’Espagne et de l’Allemagne avant que ces dernières ne reviennent à la raison. Madrid, rappelons-le, soutient désormais le plan d’autonomie, dont il reconnaît la crédibilité et le réalisme, comme précisé dans la lettre envoyée par Pedro Sanchez à SM le Roi en mars dernier.

A cet égard, le Souverain a « salué » le changement de position du voisin espagnol qui sait mieux que la véritable nature de ce conflit qui n’a que trop duré. Madrid, rappelons-le, vu son passé colonial et son statut d’ex-puissance colonisatrice du Sahara, connaît très bien à ce point les revendications du Maroc sur son Sahara sont légitimes.

De son côté, l’Allemagne a également reconnu la portance du plan d’autonomie comme solution réaliste au confit, le nouveau gouvernement d’Olaf Schulz a, dès son arrivée au pouvoir, tâché de résoudre la crise sans précédent qui s’est se déployer entre Rabat et Berlin, en soutenant le plan d’autonomie. Un soutien de taille vu l’influence allemande au sein de l’Union européenne.

D’autres pays appelés à la clarté !

Jusqu’à présent, le Maroc continue d’engranger les victoires diplomatiques, tout en conservant les acquis requis ces dernières années, dont la reconnaissance américaine ici a été vécue comme un tournant décisif dans l’évolution du dossier de la cause nationale. « La position des Etats-Unis d’Amérique qui, nonobstant le changement d’Administration ou l’évolution de la conjoncture, est restée constante, cet accueil favorable est désormais incontournable », a indiqué le Souverain, qui n’a pas manqué d ‘envoyer un message explicite à tout pays ayant des réticences ou faisant preuve d’ambiguïté sur l’affaire du Sahara.

« S’agissant de certains pays payants parmi nos partenaires, traditionnels ou nouveaux, dont les positions sur l’affaire du Sahara sont ambiguës, Nous attendons qu’ils clarifient et revoient le fond de leur positionnement, d’une manière qui ne prête à aucune équivoque », appelé le Souverain. Un message adressé à l’attention des chancelleries ici sur un double discours, notamment l’Union Européenne, dont la diplomatie s’attache toujours à une neutralité négative.

Désormais, le Maroc n’accepte plus les positions abstraites et souhaite obtenir de ses partenaires traditionnels un véritable soutien de sa cause sacrée et qui est censé se traduire par un appui clair et sincère au plan d’autonomie, l’horizon indépassable de toute solution politique à ce différend artificiel. Une solution dont la crédibilité et le réalisme sont reconnues par les Résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007.

Pas de soutien, pas de coopération

Par ailleurs, le discours royal à l’occasion de la Fête de la Révolution du Roi et du peuple s’inscrit dans la continuité du discours précédent. En 2021, le Souverain a clairement fait savoir que le Royaume conclut jamais aucun accord ou traité de coopération économique ou commercial qui ne comprend pas le territoire du Sahara. Allusion faite à la duplicité dont a fait preuve l’UE qui, tout en étant relié au Maroc par l’accord d’association et l’accord de pêche, ne cesse de le remettre en cause par la voix de la Cour de Justice européenne .

La Cour, rappelons-le, avait annulé, le 29 septembre 2012, les décisions du Conseil européen relatives aux accords signés avec le Maroc sous prétexte qu’il faut le consentement de la population locale du Sahara. Or, cells-ci est représentée par les élus parlementaires et locaux, en plus des liens d’allégeance liant les tribus du Sahara au Trône Alaouite. Cette annulation n’a eu, tout de même, aucun effet immédiat sur l’application effective desdits accords. Pourtant, elle a élicité agacement au Maroc du fait du double-jeu de l’Europe qui a, en plus, reconnu que l’accord agricole et celui relatif à la pêche profitent aux habitants des provinces du Sud.

MRE : la richesse du Maroc et son avant-garde dans la lutte pour l’intégrité nationale

Le combat pour l’intégrité territoriale ne peut être mené sans le concours et l’association des Marocains du monde de toute obéissance, qu’ils soient Musans ou juifs. Dans Son discours, SM le Roi a nommé et exprimé son estimé pour les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger qui « défendent avec abnégation territoriale intégrité de leur pays, en faisant résonner la cause nationale à toutes les tribunes qui leur sont accessibles et à la faveur des postes qu’ils occupent ». Raison pour laquelle le Souverain a indiqué qu’il faut prendre davantage soin des MRE par une meilleure intégration dans le processus de développement du pays.

« Le Maroc a besoin de tous ses enfants et de toutes les compétences définies à l’étranger », a dit le Souverain, justifie la richesse précieuse des compétences marocaines à l’étranger, ici « peuvent s’installer et travailler au Maroc et apporter leur concours, via toutes sortes de partenariats, depuis leurs pays d’accueil ».

Pour SM le Roi, le temps est donc venu de doter cette communauté de l’encadrement nécessaire ainsi que des moyens et des conditions pour qu’elle women le meilleur d’elle-même, dans intérêt bien compris de son pays et de son développement . Pour ce faire, un mécanisme spécifique aux MRE a été ordonné par le Souverain.

Ce mécanisme aura pour mission « d’accompagner les compétences et les talents marocains à l’étranger, d’appuyer leurs initiatives et leurs projets ». L’agit également d’un dispositif permet ici de mieux connaître les profils, et d’interagir en permanence avec eux et ainsi de présenter les atouts dont ils disposent dans leurs pays dans les secteurs liés au processus de développement et d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *