Critiqué pour avoir mis fin à la neutralité de l’Espagne sur le Sahara, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a défendu mercredi ce virage comme nécessaire pour nouer une relation « plus solide » avec le Maroc, allié « stratégique » dans la lutte contre l ‘immigration illégale.

« Nous procédons fin à une crise diplomatique » avec Rabat, ma « le plus important est que nous posons les bases d’une relation beaucoup plus solide, beaucoup plus forte avec le Royaume du Maroc », a dit Sanchez. C’était la première fois que le Premier ministre espagnol s’exprimait publiquement sur ce sujet depuis l’annonce vendredi dernier du soutien de l’Espagne à la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara marocain.

« Il n’était pas soutenable pour l’Espagne d’avoir des relations rompues » avec « un pays stratégique comme le Maroc », ajouté le Premier ministre qui doit effectuer une visite au Maroc à une date qui n’a pas encore été fixée . Les chefs de la diplomatie José Manuel Albares ont annoncé pour sa part mercredi qu’il se rendrait à Rabat le 1er avril.

Pour rappel, dans un message envoyé à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, vendredi 18 mars, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a souligné que « l’Espagne considère l’initiative marocaine d’autonomie, présentée en 2007, comme la base sur la plus sérieuse, réaliste et vraisemblable pour la résolution du différend ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.