Atlas Lionesses est un film documentaire de 26 min ici adapté aux derniers préparatifs de l’équipe nationale marocaine féminine de football avant la CAN, mais pas que ça! Le documentaire nous plonge dans les coulisses en nous racontant les difficultés auxquelles font face les filles qui choisissent le ballon rond comme passion, les stéréotypes, le regard de la société ainsi que la pénurie des centres de formation dédiés aux filles.

« J’avais la chance d’avoir beaucoup de filles dans mon académie et dans mon équipe, je sais qu’ailleurs les filles n’ont pas toujours cette chance, elles doivent souvent se mettre avec les garçons pour faire du football », à racontée Rosella Ayane, joueuse de l’équipe nationale, lors de ce documentaire. Convaincu qu’elle a fait le bon choix en portant le maillot marocain, Ayane d’un père marocain et une mère écossaise, affirme que la coupe d’Afrique est la meilleure occasion pour monter cela.

Le film mène à travers ses séquences une bataille pour l’émancipation féminine, évoque des témoignages de plusieurs joueuses, et le sélectionneur de l’équipe du Maroc féminin y raconte le parcours d’une vingtaine de joueuses qui ont tout fait pour hisser le drap marocain mais qui n’ont reçu qu’un peu de reconnaissance.

« Avec la coupe d’Afrique qui approche, les entrainements deveennent de plus en plus intensifs, on ne ménage aucun effort et on a besoin que le public à travers le Royaume nous soutienne tel qu’il fait avec les garçons », a déclaré Ghizlane Chebbak, capitaine de l’équipe nationale.

L’objectif de ce documentaire et aussi d’encourager les supporters marocains d’apporter tout leur soutien à ces jeunes filles qui participeront à la Can féminine 2022 qui aura lieu à partir du 02 juillet prochain, comme le précise le coach « avec le public marocain, on a tous les capacités pour ne pas laisser fuir cette coupe du Maroc, on voudrait rendre le peuple marocain fier de nous et le convaincre que ces joueuses convaincues ».

Dans un contexte où le sport féminin souffre de beaucoup de lacunes, la caméra de Aziza Nait Sibaha, journaliste, fondatrice de Taja sport, et réalisatrice de Hear them roar, a capté les moments de vie qui ont montré comment ces joueuses ont pu rattraper toutes les difficultés et réaliser leur rêve.

« Les femmes font ce sport par passion, pas pour les grands chèques, parce qu’il n’existe pas de grands chèques dans le sport féminin », a signalé Aziza Nait Sibaha, « il faut casser les stéréotypes, il faut convaincre les parents que faire du foot n’est pas mauvais », a joué dans le même contexte.

La talentueuse réalisatrice a exécuté sa parole après la fin de la première projection à toutes les jeunes filles marocaines, en leur demandant de ne pas baisser les bras et de ne laisser les personnes briser leurs rêves, selon Aziza Nait Sibaha « sky is the limit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.