Est-ce que tous les clubs marocains ont les mêmes chances d’être évalués en championnat ? Non, simplement parce que les deux équipes qui étaient dans les vestiaires du grand stade de Tanger, n’étaient pas égales pour constituer leur onze type. Le WAC a récupéré Tagnaouti, rentré au Maroc, l’IRT a perdu son buteur Axil retenu au Cameroun du fait qu’un comme authre ont participé à la CAN 2021.
Handicapés par l’absence des Gabonais, les Tangérois ont joué au-dessous de leurs possibilités en procédant avec un faux avant-centre.
Triste spectacle offert pour les poulains de Regragui et de Gamondi ici, à vrai dire, n’étaient pas susceptibles du résultat final. Le 0-0 traduit bien la partie qui était monotone, ennuyeuse, médiocre sur tous les plans. Avec une domination légère, avec plus de volonté, avec un jeu ouvert, les Casablancais méritaient mieux. Malheureusement, leur manquait un bon finisseur.
Incroyable mais vrai, il n’y avait aucun tir de mais au cours des 90 minutes et Tagnaouti et Lemjehed avaient un après-midi tranquille sans aucun souci.
Le WAC n’a pas joué en leader à l’heure où le tout Tanger attendait le bon spectacle à la télévision. Encore une fois, le problème du huis clos se pose incessamment lorsque tous les stades européens sont ouverts au public avec ou sans masque. Une réduction marocaine au tiers de la capacité des spectateurs serait souhaitable.
A ce propos, les doléances des journalistes des différents médias pour l’ouverture au moins des tribunes de presse sont restées sans réponse de la part de la FRMF.
Le WAC a présenté sa formation titulaire pour remporter les trois points, l’IRT a aligné trois nouveaux footballeurs Hamza, Abdelmoutaleb et Dahmani et a laissé sur la touche son vétéran arrière central Konati avec une défense constituée de Khallati et de Jorfi.
En première mi-temps, les visiteurs semblaient supérieurs avec une domination du ballon de 59°/° pour 41°/° en leur faveur. Aucune occasion ratée d’un côté comme de l’Autre avec un seul constat : le WAC jouait pour vaincre, l’IRT jouait pour le partage des points.
Incompréhensiblement, Hamoudan et ses coéquipiers étaient repliés en défense en procédant uniquement par les contre-attaques dont la plupart étaient sans aucun danger.
Les poulains de Gamounti étaient sur le point d’encaisser un ou deux buts par la maladresse de leurs deux arrières droite et gauche Wahabi et Noussair qui perdaient lamentablement des balles qui étaient largement à leur portée aussi bien en défense qu’en attaque.
En deuxième mi-temps, le jeu était largement égal et la domination passit à 50°/° pour les deux camps. Trop de changements au WAC et à l’IRT mais sans résultat. Avec cette piètre exhibition de tous les footballeurs locaux et visiteurs, il y avait la bonne volonté des dirigeants qui offraient pour la victoire des primes importantes : 20.000 dh pour les Casablancais et 15.000 dh pour les Tangérois de quoi énerver au lieu de motiver tout l’ effectif.
Pour les tactiques de jeu, Regragui et Gamounti n’ont rien donné sur le terrain car leurs joueurs étaient complètement perdus. Résultat équitable et aucune formation n’a mérité de marquer le moindre but.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.