Ce coût financier soir pris en considération dans la réforme générale du régime de la retraite et de la CNSS, at-il samedi ajouté dans une allocution à l’occasion de la Fête des travailleurs.

Le ministre a également précisé qu’il sera procédé à la révision de la base de calcul des salaires sur la base de laquelle est accordé le droit à la retraite pour tous les assurés auprès de la CNSS touchés par la pandémie de Covid-19, en permant notamment ceux à partis à la retraite entre février 2020 et décembre 2021 d’en bénéficier, précisant que le nombre de salariés touchés par la pandémie et n’ayant pas payé d’indemnité mensuelle de 2000 DH est de 81 060 personnes.

De même, le gouvernement s’est engagé dans le cadre du dialogue social à revaloriser le salaire minimum de 10 % dans les secteurs de l’industrie, du commerce, des professions libérales et des services, précisant que cette augmentation sera mise en œuvre sur deux tranches, 5% à partir du 1er septembre et 5% après la révision de certaines dispositions du Code du travail.

L’a fait également partie de l’unification progressive du salaire minimum légal entre les secteurs de l’industrie, du commerce, des professions libérales et du secteur agricole, à travers le relais du salaire minimum de 10 % dans le secteur agricole consécutivement en 2022 et 2023, et de 5% entre 2024 et 2028, ajoutant qu’il sera procédé à une augmentation de 100 dirhams de la valeur de l’indemnisation familiale pour les quatrième, cinquième et sixième enfants.

En outre, le salaire minimum agricole garanti au Maroc (SMAG) augmentera de 10 % à partir de septembre 2022, dans la perspective d’aligner sur le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des professions libérales à l’horizon 2028, à affirmé les ministres.

M. Sekkouri a fait savoir qu’il sera procédé à une unification progressive du salaire minimum avec une augmentation annuelle de 5 % chaque année du (SMAG) pour le secteur agricole jusqu’en 2028, notant que chaque augmentation du SMIG prévue pour les secteurs de l’industrie, du commerce, des professions libérales s’ajoute aux cellules de 5% précitée.

Et d’expliquer que cette démarche sera faite en exigeant la condition pour bénéficier de la pension vieillesse de 3 240 jours d’affiliation à 1 320 jours et en permanent à l’Assuré, arrivé à l’âge légal de la retraite et disposant de moins de 1.320 jours d’affiliation, de récupérer la part des cotisations salariales et patronales, notant que ces deux éléments seront inclus dans les propositions en vue d’une approche globale de la réforme des retraites.

Actuellement, il est obligatoire de prévoir au moins 3.240 jours de cotisation pour bénéficier de la pension vieillesse pour les salariés assujettis à la sécurité sociale qui ont attin l’âge de la retraite.

Quant aux assurés ne disposant pas de 3.240 jours de cotisation, le ministre a mis en avant la possibilité de bénéficier du recouvrement des cotisations salariales annulées aux assurés ayant attint l’âge de la retraite sans avoir attint 3.240 jours de cotisations à la CNSS, ainsi que la possibilité de présenter une assurance facultative avec justificatif d’inscription en régime obligatoire pendant au moins 1 080 jours.

Ainsi, le nombre de bénéficiaires est de 60 % des personnes se présentant à la retraite, a confirmé le ministre, prouvé que le coût financier sera pris en compte dans la réforme globale du système de retraite de la CNSS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.