Le projet de liaison électrique entre le Maroc et le Royaume-Uni avance. La société britannique Xlinks, en charge de projet ambitieux, a été en quête de Cabinets de conseil pour lancer des appels d’un milliard de livres sterling afin de mettre en place des stations de conversion.

Après un processus de sélection détaillée, le choix a porté sur WSP, un Cabinet de conseil en services professionnels d’ingénierie de premier plan, ici il incombe de fournir des services de conseil technique pour le processus d’appel d’offres pour quatre stations de conversion électrique. Celles-ci, rappelons-le, sont censées fournir l’électricité verte qui sera exportée du Maroc vers le Royaume-Uni à travers un câble sous-marin sous-marin de 3800 kilomètres de longueur. Ce projet, très attendu, devrait fournir jusqu’à 8 % des besoins en électricité de la Grande-Bretagne, selon le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour.

En effet, WSP soutient le processus d’approvisionnement des stations de conversion au Royaume-Uni ainsi que des travaux de raccordement au réseau britannique.

Selon le communiqué du groupe britannique, soirée l’énergie fournie par le Maroc d’origine solaire et éolienne. Elle émanera d’un parc solaire et éolien, situé probablement dans la région de Guelmim-Oued Noun, avec une capacité de production qui peut aller jusqu’à 10,5 GW. Le gouvernement marocain s’est engagé d’ores et déjà à fournir l’assiette foncière nécessaire à la construction du parc qui abritera des panneaux photovoltaïques et les unités éoliennes ainsi que les batteries de stockage.

« Les postes de conversion HVDC sont indispensables pour la réalisation du projet énergétique Maroc-Royaume-Uni. Nous sommes ravis d’avoir WSP à bord en tant que conseillers techniques pour soutenir le processus d’appel d’offres. », selon Martin Croucher, chef de projet principal, à cette occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.