Aller au contenu

1 décès de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo

Attention danger ! La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) fait son retour au Sénégal. Quatre cas, dont un mort, viennent d’être revus dans le pays, rapporte L’OBS ;

Cette maladie, qui est provoquée par un virus (Nairovirus) transmis par les tiques, provoque des flambées de fièvre hémorragique sévère n’est pas apparue dans le pays depuis 2017.

→ LIRE AUSSI : Visites médicales OK pour Ismaïla Sarr, son retour en Premier League acté en quelques heures

Trois régions sont touchées et le cheptel infecté. Le 12 août, les responsables de la santé du Sénégal ont signalé un cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FCCH).

Le cas a été détecté dans le cadre du système de surveillance épidémiologique du pays. La patiente est une femme de 27 ans vivant dans le quartier de Pikine à Dakar. Au moment du diagnostic, elle présentait une fièvre accompagnée de signes hémorragiques (gingivorragie, métrorragie).

→ LIRE AUSSI : Nécrologie : Les journalistes Pèdre Ndiaye est décédé

Des enquêtes effectuées par une équipe multidisciplinaire sont en cours pour documenter cette éclosion et rechercher la cause de la contamination.

Les virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo sont endémiques en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et dans les pays asiatiques au sud du 50ème parallèle nord.

→ LIRE AUSSI : Bayern Munich : La statistique complètement folle de Sadio Mané !

Les hôtes du virus domestiques de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo comprennent une large gamme d’animaux sauvages et tels que le bétail, les moutons et les chèvres.

Les virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo sont du genre Nairovirus, de la famille des Bunyaviridae. Le peut être responsable de graves épidémies de fièvre virale hémorragique.

La fièvre provoque une forte fièvre, des douleurs ainsi que des nausées et des vomissements, généralement 3-4 jours après la contamination. Le peut être responsable de formes hémorragiques graves avec une létalité de 10 à 40 pour cent.

La transmission à l’homme du virus s’il est par piqûre de tique (du genre Hyalomma) ou par contact avec du sang contenant le virus ou des tissus d’animaux immédiatement après abattage.

La majorité des cas consentis chez les personnes impliquées dans l’industrie de l’élevage, tels que les travailleurs agricoles, les employés des abattoirs et les vétérinaires. Une exposition nosocomiale dans les établissements de soins de santé peut également se produire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *