Aller au contenu

42,7% des Sénégalais souffrant de maladies du cœur

80 % des décès sous nos cieux sont dus aux maladies cardiovasculaires. Le Sénégal fait partie des pays qui n’ont pas de surveillance épidémiologique des maladies cardiovasculaires ou chroniques selon l’OMS.

Il n’y a pas de données centralisées et applicables sur les maladies cardiovasculaires. Les chiffres publiés en 2005 pour les ministères de la Santé et de l’Action sociale avaient classé les maladies cardiovasculaires comme la deuxième cause de décès au Sénégal.

→ LIRE AUSSI : BAD : une Sénégalaise promue vice-présidente chargée des Finances et directrice financière

Et selon les derniers chiffres publiés, 42,7 des Sénégalais susceptibles de maladies du cœur. En clair, un adulte sénégalais sur trois est atteint par l’hypertension artérielle ou une maladie chronique, révèle la cardiologue Dr Oumou Sène interrogée par Le Témoin.

Selon l’OMS, chaque minute 60 cas d’accident vasculaire cérébral dans le monde sont dénombrés, dont les trois quarts annulés dans les pays en développement, principalement en Afrique.

→ LIRE AUSSI : Commentaire sur les médecins de l’armée sénégalaise ont sauvé Dadis Camara de la mort

La mauvaise bouffe

La mal bouffe est principalement responsable des maladies cardiovasculaires. Ou, le sel est responsable de l’hypertension artérielle. Il représente à lui seul, 90% des causes d’AVC.

→ LIRE AUSSI : Université Alioune-Diop de Bambey : Sen’Eau ferme les robinets des étudiants

Il est recommandé de consommer 5 grammes de sel par jour et par individ. Malheureusement, force est de constater qu’en Afrique, la consommation moyenne est de 20 grammes par jour.

Cette accumulation de sel va intoxiquer les artères et les rendre rigides, ce qui va expliquer un taux élevé d’hypertension, d’infarctus et d’accidents vasculaires-cérébraux.

Les cardiologues, un désert médical !

Au Sénégal, les cardiologues se font rares. Au total, le pays ne dispose que de plus de 110 médecins spécialisés dans les maladies du cœur et dans les troubles liés au système cardiovasculaire pour 16 millions d’habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *