Aller au contenu

Amadou Ba en mission pour rassurer les partenaires du Sénégal

Le Premier ministre Amadou Ba a tenu une réunion avec les Partenaires techniques et financiers (G50) ce vendredi, en présence de plusieurs ministres, dont le Garde des Sceaux, le ministre de la Justice, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, le ministre de l’Intérieur, le ministre des Finances et du Budget, le ministre de l’Economie, de la Planification et de la Coopération, et le ministre du Commerce et des PME, qui est également le porte-parole du gouvernement.

Le chef du gouvernement a évoqué le contexte politique tendu, caractérisé par des arrestations massives de membres de l’opposition et de journalistes. Amadou Ba a également évoqué l’interdiction systématique des manifestations, avant de présenter des chiffres pour cacher la vérité. Il a indiqué aux Partenaires techniques et financiers que le pays est attaché aux valeurs de protection des droits de l’homme et de l’Etat de droit, et qu’il travaille à la promotion des droits et libertés, tels que la liberté d’expression et la liberté de manifestation. Il a également déclaré que le pays veille à leur respect dans la mise en œuvre des lois et règlements existants. Selon lui, les autorités administratives peuvent intervenir dans certaines circonstances, notamment lorsqu’il existe un risque de troubles à l’ordre public et que les forces de défense et de sécurité sont insuffisantes pour contrôler les manifestations.

→ LIRE AUSSI : Affaire Mbaye Niang – Sonko : quand Amadou Ba reconnaît la fuite du rapport PRODAC

Il a indiqué que sur 4633 demandes de manifestations en 2022 sur l’ensemble du territoire national, seules 136 ont été interdites, soit un taux de 2,98%. Cependant, il n’a pas précisé la nature des demandes de manifestations majoritairement autorisées, qui sont principalement des cérémonies de mariage, des cérémonies de baptême, des événements religieux et des concerts et festivals qui nécessitent une déclaration auprès des autorités administratives pour occuper une rue ou une place publique. Le Premier ministre a souligné que les mesures d’interdiction sont motivées par la nécessité de prévenir les risques de troubles à l’ordre public, d’assurer la libre circulation des personnes et des biens sur les axes routiers stratégiques et d’assurer la sécurité des personnes et des biens.

Il a indiqué que pour mieux protéger les droits et libertés des citoyens, l’État du Sénégal a adopté en janvier 2017 une loi organique abrogeant et remplaçant la loi organique de 2008 sur la Cour suprême, qui a institué un juge des référés en matière administrative, juge de l’urgence, qui garantit la protection des libertés fondamentales des citoyens. Il a ajouté que cela permettait au requérant de saisir rapidement le tribunal si l’autorité administrative compétente interdisait une manifestation ou une réunion. Le Premier ministre Amadou Ba a déclaré à la TFP que les arrestations enregistrées concernaient des infractions de droit commun et que le Sénégal était pionnier en matière de respect des droits de l’homme, ce qui lui valait la reconnaissance d’une autorité administrative compétente.

→ LIRE AUSSI : Khalifa Sall et Amadou Bâ se sont parlés

→ LIRE AUSSI : Attaques contre le PM Amadou Ba : quand Maty 3 Pommes fait Hadjibou ! (Par Abdou Fall)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *