Alors que l’on n’a pas encore fine de spéculer sur le scandale de l’hôpital Le Dantec, un nouveau scandale foncier les autorités étatiques du Sénégal.

En effet, selon Libération, l’Etat du Sénégal vient d’octroyer un bail de 8600 m² situé à Mermoz dans l’assiette foncière de l’École Supérieure d’Économie Appliquée (ESEA) chez un promoteur immobilier privé dénommé SERTEM PROPERTIES pour la construction d’un immeuble à usage d’habitation (résidences diplomatiques).

→ LIRE AUSSI : Blocage de salaires à la mairie de Dakar : Barthélémy saisit la justice

Le terrain bâti sur une surface de plus de 8 hectares soir attribué à 5 160 000 francs CFA par an. Autrement dit, le m² est loué à 600 FCFA par année soit 50 francs CFA par mois.

L’emplacement actuel est autorisé pour une durée de 30 ans et un délai de date d’agrément ». Un contrat qui fera beaucoup de bruit dans les prochains jours.

→ LIRE AUSSI : Prise en charge de Imam Ndao : Marieme Faye Sall a voulu intervenir, la réaction catégorique de la famille

L’ESEA a été déjà amputé de plus de 5 ha de sa surface globale

Car déjà, le SAES s’est fendu d’une note pour dénoncer ce bail qu’il qualifie « attribution unilatérale et non concertée intervient dans un contexte où la capacité d’accueil de l’UCAD est largement dépassée. »Le SAES exige une extension des locaux de l’ESEA et donc le maintien du foncier en l’état.

→ LIRE AUSSI : Mame Makhtar Gueye Jamra fait un émouvant témoignage sur Imam Alioune Badara Ndao

Le SAES accuse le Ministère des Finances et du Budget, auteur de cette forfaiture. Selon le SAES, ledit Ministère « est à son énième acte car ayant déjà amputé l’ESEA de plus de 5 hectares de sa surface globale établissant l’établissement dans une précarité et une insécurité foncière, détériorant ainsi le cadre d’enseignement et de recherche .  »

Au regard de ce qui précède, la Coordination SAES Campus de Dakar exige l’annulation immédiate de cette forfaiture administrative qui a mis en avant les intérêts privés d’un promoteur immobilier au détriment de l’éducation et de la formation de la jeunesse sénégalaise et africaine .

La Coordination SAES Campus de Dakar fait appel à la communauté universitaire, à la société civile et à l’opinion nationale pour arrêter immédiatement cette forfaiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.