Aller au contenu

De violentes manifestations au Sénégal plongent l’un des pays les plus stables d’Afrique dans la tourmente : « On tire sur les manifestants ».

De violentes manifestations au Senegal plongent lun des pays les au 16 juillet 2024

Un enfant utilisé par la police comme bouclier humain, Des groupes armés tirent sur les manifestantsLa tension entre les partisans du leader de l’opposition et ceux de ce dernier s’accroît au Sénégal depuis plusieurs semaines. Tension entre les partisans du leader de l’opposition, Ousmane Sonkoet les forces de sécurité de l’actuel président, Macky Sallont déplacé la lutte politique acharnée de ces dernières années vers la violence dans les rues. Huit mois après les élections, Sonko continue d’accumuler les inculpations judiciaires et la population a réagi à ce qu’elle considère comme une « guerre ». un affront à la démocratie sénégalaise. Ce dimanche, M. Sall devrait faire une déclaration qui pourrait alimenter les tensions dans un pays sous tension.

La querelle entre les deux dirigeants remonte à bien plus loin. L’ancien douanier est connu pour sa rhétorique anti-establishment et a critiqué Sall dans le passé non seulement pour la mauvaise gouvernance et la perpétuation du néocolonialisme français, mais aussi pour l’absence d’une politique de sécurité. également pour la corruption. En 2016, il a publié le livre Le pétrole et le gaz au Sénégal, chronique d’un pillage, dans lequel il vise directement Macky Sall et son frère Alioune. Cela lui vaut de perdre son emploi, qu’il met à profit pour se consacrer à son activité politique. En 2019, après une élection controversée que Sall finit par reconduire, Sonko arrive en troisième position. Depuis, sa popularité est en hausse ; et ses procès aussi.

En 2021, son adversaire a été poursuivi pour un prétendu viol et des menaces de mort à l’encontre d’une femme qui travaillait dans un salon de massage. Sonko a nié ces allégations. Membres du Parlement ont voté en faveur de la levée de son immunité. afin qu’il puisse être jugé. Cette séance, tenue à huis clos en raison de la pandémie, a donné lieu à des affrontements entre députés. Après son arrestation, ses partisans sont descendus en masse dans la rue, provoquant un premier affrontement avec les forces de sécurité qui s’est soldé par la mort de 15 personnes. Face à cette situation, le président Sall a été contraint de libérer Sonko et de lancer un appel au calme à la population.

Deux ans plus tard, le soutien à Sonko n’a pas faibli. Le procès, qui avait été reporté à 2023, a été le nouveau déclencheur d’une mobilisation massive. Le parquet sénégalais a requis une peine de dix ans d’emprisonnementIl a également déposé une plainte pour diffamation contre le ministre du Tourisme. Ainsi, après avoir boycotté plusieurs procédures judiciaires en raison de leur injustice, Sonko a été jugé et condamné le 1er juin dernier.

Bien qu’il ait finalement été acquitté de l’affaire de viol (bien que la victime présumée maintienne l’accusation), il a été condamné à une amende de 1,5 million d’euros. condamné à deux ans de prison pour « corruption de la jeunesse ».. Sonko, actuellement assigné à résidence, a accusé le président d' »instrumentaliser » le système judiciaire pour l’empêcher de gagner en 2024. « Ce qui se passe au Sénégal, c’est que le président tente d’imposer un troisième mandat, ce qui est anticonstitutionnel », a-t-il déclaré à l’AFP. 20minutes Moustapha Ady Mbaye Toure, activiste sénégalais qui considère que le droit à l’éducation est un droit fondamental. les accusations contre Sonko comme faisant partie d’un « complot ».. La sentence a été reçue par la population comme une excuse du gouvernement pour maintenir une sorte de condamnation à son égard, et les protestations ont à nouveau éclaté en violence et en affrontements de rue.

16 morts et 350 blessés

« Pendant les manifestations, la police a ouvert le feu sur les manifestants. Mais pas seulement la policemais aussi des milices engagées par le gouvernement », ajoute Moustapha, qui affirme que les médias sociaux regorgent de vidéos montrant la collusion entre les personnes armées et les forces de sécurité.

Le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a demandé une enquête « rapide, indépendante et approfondie » sur l’utilisation possible d’une force excessive par les forces de sécurité. La Croix-Rouge et les Nations Unies ont documenté au moins un cas de 16 morts, 350 blessés et plus de 500 arrestations..

Mario Grande, expert d’Amnesty International, ajoute qu’il y a également eu une « d’assez nombreux viols de femmes et d’attaques contre des organisations féministes« . La situation reste très tendue et dans la perspective des manifestations prévues ce dimanche, nous espérons et faisons pression sur les autorités sénégalaises pour qu’elles ne fassent pas un usage excessif de la force contre ce qui n’est que l’exercice de la liberté d’expression et de réunion », ajoute-t-il.

Ce sont précisément les restrictions de ces libertés qui sont également critiquées par l’ONU. La chaîne privée sénégalaise Walfadjiri TV, qui couvrait les manifestations, a été suspendue et le gouvernement a également suspendu ses émissions. L’accès à Internet restreint pendant plusieurs jours. En outre, les autorités sénégalaises ont interdit les manifestations convoquées par l’opposition dans la capitale, Dakar, en invoquant le « risque de troubles à l’ordre public ».

La coalition de l’opposition sénégalaise, Yewwi Askan Wi, avait appelé à une marche ce dimanche pour « rendre visite à Ousmane Sonko » et « participer à une marche contre le gouvernement d’Ousmane Sonko ».libérez-le de ce blocus incompréhensible ».. Bien qu’il ne soit pas certain que la marche ait lieu, il est certain que le président sénégalais a l’intention d’évaluer les conclusions de ce que l’on appelle le dialogue national le même jour. Cette commission, promue par M. Sall pour résoudre les tensions politiques, avait été critiquée et boycottée par une grande partie de l’opposition. On ne sait pas encore si M. Sall précisera s’il se présentera à une troisième élection ou s’il fournira des informations sur la situation de M. Sonko. Cependant, il est à craindre que ces déclarations ne finissent par déclencher une crise politique. nouvel épisode de violence.

Un pays stable, mais pas sans problèmes.

Tout cela se passe dans un pays que les analystes ne se lassent pas de considérer comme l’un des plus stables du continent africain. Cependant, la stabilité de ses institutions n’est pas sans poser de problèmes. Pour Moustapha, ces dernières années ont vu une « régression démocratique » et « de nombreux droits ont été restreints ».. L’activiste affirme que cette description d’une démocratie stable implique un certain « folklore » qui « peut générer l’image que les Sénégalais ont toujours été soumis ».

Nous nous sommes toujours battus pour la démocratie et en même temps nous sommes en désaccord avec ce système néocolonial qui existe », déclare Moustapha. Il cite également Sall comme un dirigeant qui a offert des avantages aux anciennes puissances coloniales avec des contrats sur terre et sur mer, la pêche étant un moteur économique clé au Sénégal. « L’arrivée de Sonko a rompu avec cela et a promis d’éliminer le franc CFA, une monnaie introduite par la France à l’époque coloniale et toujours en vigueur, à tel point que le franc CFA est encore utilisé aujourd’hui. est contrôlée par la Banque centrale française.

A cela s’ajoute l’instabilité des pays de la région. Depuis des années, le Sahel est devenu le centre du djihadisme international, où l’absence de gouvernabilité a conduit à des coups d’État et à un terrain propice à la corruption et à la violence. Bien que le radicalisme de certaines organisations au Mali, au Burkina Faso, au Niger ou au Tchad soit source de corruption et de violence, le Sahel est devenu depuis des années le centre du djihadisme international. n’a pas encore pris racine dans la société sénégalaiseLe fait est que la frustration et le sentiment anticolonial sont omniprésents dans les manifestations.

« Ce qui se passe aujourd’hui, surtout en Afrique de l’Ouest parmi les jeunes, c’est une situation de frustration et aussi un sentiment qu’ils appellent anti-français. Mais cela ne veut pas dire que nous haïssons les Français, mais que nous haïssons les Français. ce rapport de domination qui perdure.Moustapha Ady Mbaye Touré nuance. Nous continuerons à nous battre », dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *