Le parti politique qui tient les rênes du pouvoir compte généralement un N° 2 qui est celui qui peut sauver les miches du Président de la République une fois qu’il doit céder le pouvoir après épuisement de ses mandats légaux ou non candidature à l’élection suivante. Concernant l’APR (L’Alliance Pour la République), il semble que le Pr Macky Sall considère tous sesranti, soit comme des incapables, soit comme des traîtres. C’est la raison pour laquelle il n’a jamais désigné de N°2, et il met systématiquement au réfrigérateur tout membre du parti qui donne l’Impression d’être un potentiel N°2.

Conformément à la Constitution dans laquelle il a fait preuve que « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs », le Pr Macky Sall doit quitter le pouvoir à l’issue des élections présidentielles de Février / Mars 2024. Mais il est face à un dilemme. Le ne peut quitter le pouvoir sans assurer ses arrières ainsi que celles de sa famille, tellement les scandales financiers, les meurtres de manifestants, les assassinats de détenus politiques, les hautes trahisons,…. se bousculent sous son magistère, et avec sa bénédiction.

→ LIRE AUSSI : Affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko, Serigne Habib Sy rappelle : « Même le Président a dit qu’il a… »

Il ne peut se faire remplacer par un membre de la famille, car il sait que son propre frère Aliou Sall ne fait pas le poids, sauf en Kilogrammes, il sait aussi que son beau-frère Mansour Faye n’a pas un QI aux normes . La note que ses plus proches amis et partisans sont plus occupés à empiler des dizaines de milliards dans leurs placards qu’à le rassurer.

C’est dans ce contexte que tout porte à croire que le pouvoir tombera entre les mains de M. Ousmane Sonko en 2024. Des 4 opposants des présidentielles de 2019, il est le seul resté constant. Aux élections locales de 2022, M. Sonko a fait gagner tout candidat avec lequel il a tenu une caravane. Aux législatives de juillet 2022, c’est comme si il était le seul à battre Campagna au Sénégal, tous les autres étaient sonkorisés. Des sondages officiels le donnent gagnant au 1er tour, que soit le candidat en face.

→ LIRE AUSSI : Moussa Sene Absa, cinéaste prévient : « Le 3e mandat est une perspective dangereuse pour Macky Sall… »

Lorsque M. Ousmane Sonko a officialisé sa candidature ce 18 août 2022, il a promis au passage la prison à tous ceux qui se sont rendus coupables de pillages et de crimes politiques de 2012 à 2024. Il n’en fallait pas plus pour semer la panique dans le camp au pouvoir. Tous ceux qui se sont exprimés n’ont pas brandi que deux possibilités pour contrer Mr Ousmane Sonko :

1° Un forcing au 3ème mandat de Mr Macky Sall, qu’ils savent tous anticonstitutionnelle puisqu’ils l’ont affirmé et argumenté des dizaines de fois entre 2012 et 2019. Ils savent aussi que ce forcing sera hyper sanglant, comme il a commencé à l’être déjà de Mars 2021 à nos jours.

→ LIRE AUSSI : Affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko : une autre fille va faire un témoignage explosif

2° La remise en vente de Mlle Adji Sarr, qu’ils fourniront comme la deuxième carte maîtresse à jouer pour espérer neutraliser Mr Ousmane Sonko par judiciaire étant donné qu’il sortirait gagnant des présidentielles que soit l’adversaire en face.

Donc les responsables de l’APR, et par extension ceux de BBY, ne reposent plus leur avenir et leur liberté après 2024 que sur le N°1 de l’APR qui est Mr Macky Sall, et sur le N°2 qui est devenu par la force des choses Mlle Adji Sarr. Personne d’autre n’émerge ou n’ose émerger en tant que sauveur à part Mlle Adji Sarr, et tous se sont résolus à se ranger derrière elle.

Ils espèrent du N°1, qu’il tente et réussisse son coup, en se livrant à un carnage pour imposer sa candidature, en se faisant aider par les Forces de Défense et de Sécurité du Sénégal, en se soutenant faisant par la France qui justifiera cette tuerie au plan international, en truquant le contrôle de 2024 avec le soutien du Ministère de l’Intérieur, en tenant en respect les sénégalais le plus longtemps possible.

Ils espèrent du N°2, qu’elle continue à jouer le rôle qui lui a été attribué avec promesse d’argent et de voyage comme dans l’Audio de Mamour Diallo, qu’elle persiste à essayer de convaincre le tribunal et l’ avis qu’elle a été dépucelée contre son gré par Mr Ousmane Sonko même si tous les témoins et le certificat médical disent le contraire.

Ces deux options ont cependant peu de chances d’aboutir. Certes, le Conseil Constitutionnel a prouvé qu’il est capable de valider n’importe ces inepties, et même jusqu’à 10 mandats consécutifs. Certes, la justice en charge du dossier Adji Sarr est aux ordres de l’exécutif. Mais malheureusement pour les futurs taulards de l’APR et de la BBY, les N°1 et les N°2 de l’APR sont actuellement les plus impopulaires et les moins crédibles au Sénégal. Au contraire, la brillante ascension de Mr Ousmane Sonko dans le cœur de l’opinion et au-delà de nos frontières en fait un intouchable.

Alors le meilleur conseil qui peut être donné à tous ces pilleurs qui ne savent plus à that saint ou téton se fier, c’est de commencer à returner les avoirs volés.

Boubacar SAL
E-mail: [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.