Après la Santé, les remettre dans le secteur de l’Éducation au menu du Jury du dimanche (JDD), ce 29 mai. Dans tous leurs états, les enseignants envisagent de boycotter les examens y compris le Bac. L’invitée, Ismaïla Madior Fall, à mis ces derniers au banc des accusés.

« Là aussi, on a fait des Assises (en 2012). On a vu les problèmes et fait un plan pour prendre en charge la question de l’Éducation sur une vingtaine d’années, à-il défendu. Évidemment, les problèmes ne se résolvent pas comme ça mais aussi, parmi les nombreux problèmes : l’infrastructure. Peut-être même qu’on est allé à un niveau trop rapide. Les infrastructures scolaires existent dans toutes les localités du Sénégal, pratiquement dans toutes les communes du Sénégal. On n’est plus à l’époque où on a été obligés de faire des kilomètres ou bien de se faire héberger par un oncle. Ce n’était pas la volonté politique du Sénégal. Le Sénégal voulait des lycées par département ou quelques lycées par département.

Sélectionné pour vous : Le Président Macky Sall fait encore appel à Ismaila Madior Fall

L’infrastructure est assez performante. Et, il y avait le problème de la motivation des enseignants, les salaires. Je pense que de mémoire des Sénégalais, depuis l’Indépendance, ce n’est pas de la flagornerie pour le pouvoir, c’est juste un constat, les augmentations, les indemnités d’enseignement, les indemnités documentaires, de recherche, de direction , de responsabilité, c’est énorme. De telle sorte que tous les enseignants étaient contenus des augmentations.  »

Qu’est-il arrivé ? « Les enseignants ont considéré que les diverses indemnités qui ont fait l’objet d’augmentations doivent être défiscalisées. Problème : pourquoi les défiscaliser alors qu’elles n’ont jamais été défiscalisées ? Parce que ces indemnités ne sont pas nouvelles. Ce qui est nouveau, c’est leur augmentation. C’est leur revalorisation à la hausse. Le gouvernement a dit  » pour indemnité de logement, ça va être défiscalisée, pour aider l’enseignant à acquérir un logement. Donc, il est concevable humainement que cette indemnité soit défiscalisée. Mais, en dehors de l’indemnité de logement, toutes les indemnités qui figurent dans le bulletin de salaire de tous les travailleurs, c’est des indemnités qui font l’objet de fiscalisation. Parce que l’impôt, c’est le contrat social. C’est concela qui permet de rassembler les ressources nécessaires à la prise en charge des questions auxquelles la Nation est confrontée. C’est l’impôt qui permet de financer l’Éducation, qui permet de payer leur augmentation de salaire, de construire des routes, de payer la dette. Si on l’élimine, on vous défiscalise tout, ce n’est pas possible surtout que si c’était déficalisé, ils pouvaient posséder la continuité. Maintenant, il y a un problème, c’est que le gouvernement n’a jamais dit qu’il va défiscaliser, ça n’a pas de sens d’ailleurs. L’aurait-il dit, c’est une erreur, et ils ne l’ont pas dit. « 

Pour débloquer la situation, le ministre d’État auprès du président de la République, Macky Sall, préconise la saisie du comité de suivi : « il y a tout de même pour des accords, un comité de suivi paritaire : gouvernement – syndicat d’enseignants , le Haut conseil du dialogue social (HCDS). C’est ce comité de suivi qui est chargé de suivre le déroulement, la mise en œuvre des accords. Lorsqu’il y a un problème dans l’interprétation, c’est ce comité de suivi qui va être interpellé. Donc, il n’y a pas de sens là aussi que les enseignants fonctionnaient de façon unilatérale, en procédant à des débrayages et à des grèves. Il fallait d’abord saisir le comité de suivi ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *