Aller au contenu

La mafia malienne démantelée au cœur de Dakar

Un groupe de trafiquants connus opérant à la gare malienne de Zac Mbao a été démantelé par les éléments de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Docrtis). Selon Enquête, les gendarmes ont agi après avoir reçu des informations selon lesquelles Aba T., un trafiquant connu basé à la gare malienne de Zac Mbao, avait amené une importante quantité de cannabis de la variété « brune » et de haschisch à Dakar par l’intermédiaire d’un chauffeur malien.

Le suspect a finalement été pris dans un piège tendu par les enquêteurs, qui se sont fait passer pour des acheteurs et ont organisé un rendez-vous avec lui dans la nuit du 16 au 17 février au marché de Thiaroye. Aba T. et un de ses compatriotes, T. Bamogo, ont été arrêtés au cours de la transaction. Lors d’une perquisition, T. Bamogo a été trouvé en possession de trois plaques de haschisch.

→ LIRE AUSSI : AUJOURD’HUI : 4 mars 1953, le général de Gaulle entame sa  » traversée du désert  » qui le mènera à Dakar et à Saint-Louis.

Cependant, interrogé par les enquêteurs, T. Bamogo désigne Keïta comme son fournisseur. Keïta, un chauffeur de camion, a été arrêté avec son apprenti, M. Diarra, alors qu’il supervisait le déchargement de sacs de patates douces. Il a avoué avoir quitté le Mali le 13 février avec cinq gousses de haschich pour le compte d’Aba T. et T. Bamogo, dans son camion. Bamogo, à bord de son semi-remorque frigorifique. Il détenait également 100 000 francs CFA que ses complices venaient de lui verser.

M. Diarra a déclaré qu’il ne savait rien de cette situation. Lors de son interrogatoire, Aba T. a affirmé être dans le commerce de la chaussure et a nié être un trafiquant. Il a également affirmé que T. Bamogo l’avait recruté, mais cela n’a pas convaincu les enquêteurs.

→ LIRE AUSSI : Dakar : le criminel le plus recherché du Sénégal tombe enfin

A l’issue de la garde à vue, le gang a été inculpé des délits d’importation de haschisch en vue du trafic et de blanchiment d’argent, d’association de malfaiteurs, de détention en vue du trafic, et d’aide ou d’assistance à une entreprise d’importation de haschisch.

→ LIRE AUSSI : Trafic de drogue : un chauffeur de « Clando » confond « Yamba » avec un tissu « Thioup ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *