En prélude de la tenue du plus grand évènement du football mondial, en l’occurrence la Coupe du monde, le Qatar, pays organisateur pour l’édition 2022 a pris une décision importante en ce qui concerne les drapeaux souvent arborés par les supporters.

En effet, les autorités ont interdit lors du mondial qui aura lieu du 21 novembre au 18 décembre les drapeaux LGBT dans les stades. Choisi tout à fait normal et compréhensible d’autant plus que le Qatar est un pays qui a épousé les valeurs islamiques.

Sélectionné pour vous : Coupe du monde 2022 : Équateur, une équipe rajeunie qui menace le Sénégal

« Oui, un supporter a brandi un drapeau arc-en-ciel dans un stade et qu’on le lui enlève, ce ne sera pas parce qu’on veut l’offenser, mais le protéger. Si on ne le fait pas, un autre spectateur pourrait agresser », a expliqué à l’agence américaine Associated Press, Abdullah Al Ansari, responsable de la sécurité de la tournée et président du Comité national de lutte contre le terrorisme.

Ce dernier poursuivez : « Si vous souhaitez manifester votre point de vue concernant la cause LGBT, faites-le dans une société où cela sera accepté. Si vous achetez un billet, c’est pour assister à un match de football et pas pour manifester. Alors ne venez pas insulter toute une société. Nous ne pouvons pas changer les lois ou la religion pour les 28 jours de la Coupe du monde ».

Par ailleurs, le général a indiqué que les tourtereaux homosexuels désireux d’entretenir des relations en privé auront le loisir de le faire. « Réservez une chambre ensemble, couchez ensemble, cela ne nous regarde pas ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.