Aller au contenu

Le 4 mars 1953, le général de Gaulle entame sa « traversée du désert » qui le mènera à Dakar et à Saint-Louis.

Président du Gouvernement provisoire, le général de Gaulle démissionne en 1946 après avoir libéré son pays et restauré le territoire, entre autres missions. De profonds désaccords avec une partie de l’élite française contribuent à son départ de la sphère politique. Déterminé à revenir au pouvoir avec une plus grande influence sur les hommes et les institutions, le général entame sa « traversée du désert ». Le 4 mars 1953, il entame un tour d’Afrique dont la première étape est le Sénégal, capitale de l’Afrique occidentale française.

Lors des élections municipales de 1953, le Rassemblement du peuple français (RPF) de Charles de Gaulle subit une chute vertigineuse. Ayant perdu la moitié de ses voix, le chef du parti n’a d’autre choix que de se retirer de la vie politique. Une retraite mais pas une démission. Comme s’il faisait un pas en arrière pour mieux sauter en avant, le général de Gaulle profite de cette période d’hibernation pour aller à la rencontre des dirigeants africains. Au cours des cinq années suivantes, il se rend à diverses occasions dans différentes régions du continent.

→ LIRE AUSSI : Dakar : le criminel le plus recherché du Sénégal tombe enfin

Du 4 mars au 1er avril 1953, il entame une tournée africaine pour reprendre le pouvoir. Cette tournée le conduit au Sénégal, où il s’arrête à Dakar et à Saint-Louis. Les autres pays visités sont la Guinée, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Bénin et tous les autres pays sous domination coloniale française.

→ LIRE AUSSI : Dakar : un camion provoque un accident spectaculaire sur la VDN (photo)

→ LIRE AUSSI : Tribunal de Dakar : le verdict tombe pour le maître coranique qui a publié des vidéos intimes de sa petite amie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *