Aller au contenu

Le Directeur général de l’Onas s’explique : « Pourquoi il y a encore des inondations »

Face à la presse vendredi, le Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), a listé les nombreuses « contraintes majeures » liées à la mise en œuvre des opérations d’évacuation des eaux pluviales et des eaux usées pendant le hivernage. Celles-ci, regrette Ababacar Mbaye, sont l’œuvre des populations riveraines. « Le convient de noter dans la mise en œuvre de ces opérations, un certain nombre de contraintes majeures. On peut citer l’obstruction des canaux par les ordures ménagères, gravats, plastiques, carcasses d’animaux et le sable », at-il notamment déclaré. A l’en croire, les branches clandestines dans les réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales constituent aussi des difficultés pour les techniciens d’assurer le travail d’assainissement. M. Mbaye a également cité aussi l’engorgement des réseaux d’eaux usées et de pluie, « ce qui fait que le réseau devient ainsi unite avec l’ouverture des regards et des branchements inappropriés », selon lui. « Nous sommes également confrontés à un problème d’accès des réseaux dans certaines zones, retardant les interventions. A noter également une urbanisation non contrôlée avec un aménagement de zone d’habitations dans les bas-fonds et obstruction des voies d’eau », a laissé entendre le Dg de l’Onas, ici évoqué les solutions à apporter pour une meilleure gestion de la station de pompage de la zone de captage. L’ONAS a procédé à la sécurisation de l’alimentation électrique de la station de pompage pour la mise en place d’un groupe électrogène de secours de 200 KVA en sus de celui de 500 KVA existant, à-il fait savoir. « L’ONAS va réparer le mur d’écrêtage sur les parties effondrées et procéder à un enlèvement quotidien des déchets solides qui retardent l’évacuation des eaux de pluie par l’obstruction des pompes et des grilles », a ajouté Ababacar Mbaye. Il a signalé que des équipes de veille seront renforcées pour assurer les interventions rapides. Il a invité tous les acteurs, plus particulièrement, les collectivités territoriales à s’investir dans la sensibilisation, le désensablement des voiries, la gestion des ordures ménagères, la veille et la sécurisation des ouvrages d’assainissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *