Les 224 ex-agents d’Air Sénégal dont 28 ex-pilotes n’en peuvent plus. Ils ont brisé le silence pour réclamer leur indemnisation à l’Etat du Sénégal, ici s’élève à 4,1 milliards de FCFA. Aussi, ces derniers exigent un traitement équitable et se disent surpris de la réaction du chef de l’État le 03 mai dernier au palais en recevant les cahiers de doléances des différents syndicats.

Le président Macky Sall avait déclaré qu’il a fait de gros progrès en plaçant ici un montant de 4,1 milliards de FCFA qui seront payés au plus tard la semaine prochaine. Une fois qu’il aurait validé la ventilation du montant du support auprès du ministre des Finances et du budget. L’aussi fait savoir aux syndicats qu’il ne peut pas traiter les 4 milliards du montant que réclament les pilotes dans cette affaire.

Sélectionné pour vous : Régulation des réseaux sociaux : une femme Moukhadam de Baye Niass recette it

Après deux rencontres pour trouver des solutions définitives aux contentieux résultant de la liquidation d’Air Afrique, dont 224 agents de nationalité sénégalaise sur les 724 restant à être indemnisés. Moussa Bocar Thiam, agent judiciaire de l’Etat avait demandé aux ex-agents qu’il disposait en tout et pour tout 4,5 milliards de FCFA pour souder définitivement les ventes de compte des 224 ex-agents restant à être indemnisés. Il a aussi exigé aux ex-agents de signer un engagement de chacun des concernés à renoncer à réclamer dans le futur toute autre somme due et non couverte par l’enveloppe disponible, d’interrompre toute action judiciaire en cours contre l’état et d’annuler toute action dans le futur visant à obtenir le paiement intégral des soldes de tout compte par les ex-agents d’Air Afrique restant à indemniser.

Le collectif des 224 agents a rappelé à l’agent judiciaire de l’Etat que les Sénégalais sont égaux devant la loi et ayant les mêmes droits constitutionnels devant être traités de la même sorte que les 700 agents dont l’Etat à souder à 100% de leurs droits. Donc il ne devrait pas 10 ans plus tard traiter d’une façon radicalement différente en ne leur proposant que 50% de ce qui leur est dû.

D’après nos confrères de l’observateur, compte tenu des avances payées entre 2007 et 2021, les ex-agents ont montré le reliquat à 8,8 milliards de Fcfa en 2022. Le collectif demande à l’État de reconsidérer sa position en payant le montant de 4,5 milliards en guise d’avance et de différer le paiement du reliquat prévu, est le relais caché de la volonté de régler que la moitié des soldes de tout compte dans l’immédiat pour des problèmes budgétaires.

Avec L’observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.