Aller au contenu

Les dessous du nouveau blocage pour la libération des 46 soldats ivoiriens

Des nouvelles parvenant de Bamako au Mali font état d’une libération prochaine des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali, mais des blocages subsistant selon Jeune Afrique.

Après trois mois de détention au Mali, les 46 soldats ivoiriens soupçonnés de tentatives de déstabilisation par le pouvoir malien pourraient être libérés très prochainement. Des blocages, notamment celui concernant le lieu où seront remis ces militaires ivoiriens aux autorités ivoiriennes.

→ LIRE AUSSI : Can U17 : Le Sénégal fera face au Mali

Possible libération des 46 soldats ivoiriens

Selon des informations relayées par les médias panafricains, la junte malienne et les autorités ivoiriennes ne se réalisent toujours pas à se mettre d’accord sur ce point non moins important. La question a d’ailleurs été évoquée le 6 octobre 2022 à Abidjan, au cours d’un entretien entre Alassane Ouattara, les chefs de l’État ivoirien et son homologue togolais, Faure Gnassingbé, médiateur principal dans ce dossier à l’igine des tensions diplomatiques entre la Côte d’Ivoire et le Mali.

→ LIRE AUSSI : Le pétrole destiné au Mali ne passera plus par le Niger

C’est la première fois que les deux chefs d’État, ici discutaient jusqu’ici par téléphone, évoquaient directement ce dossier. Des sources proches du président ivoirien Alassane Ouattara indiquent par ailleurs que c’est Lomé, la capitale du Togo qui a été choisie pour accueillir ces éléments des forces de défense et de sécurité ivoirienne, comme ce fut d’ailleurs le cas pour les 3 soldats , membres du contingent arrêté à leur descente d’avion début septembre.

La mission des chefs d’État de la CEDEAO

→ LIRE AUSSI : Mali : Après son discours à l’UNU, les premiers ministres Abdoulaye Maiga accueillis en héros (Photos)

Ce nouveau revirement constaté dans cette affaire est sans doute le fruit de la dernière mission de haut niveau dépêchée au Mali par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedea). La délégation menée par Nanan Akuffo Addoh, le chef de l’État ghanéen, a été reçue le 29 septembre par le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta afin de parvenir au dénouement de la crise diplomatique qui s’oppose à ces deux pays frontaliers depuis l’ éclatement de l’affaire le dimanche 10 juillet 2022.

Si aucun communiqué n’a sanctionné cette rencontre au sommet, « cela ne veut pas dire que c’est un échec », a désigné un membre de la délégation sous couvert d’anonymat et dont les propositions ont été reprises par Jeune Afrique. Du côté malien, l’on a également rassuré que « Les choses vont s’arranger par la volonté de Dieu », a dit un haut responsable malien sous le couvert de l’anonymat. Les premières négociations ont permis la libération de 3 soldats sur les 49 militaires arrêtés initialement et placés sous mandat de dépôt pour la justice malienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *