Anne Cécile Robert est la nouvelle présidente de l’Union internationale de presse francophone (UPF). Universitaire, Anne Cécile Robert remplace à ce posé Madiambal Diagne qui vient de boucler 8 ans à la tête de l’Union de la presse francophone (Upf)).

Anne Cécile Robert est une brillante journaliste, talentueuse et admirée à travers le monde. Elle occupe les fonctions de Directrice des rédactions du magazine français Le Monde Diplomatique. Mme Robert remplace, depuis hier, à ce posé Madiambal Diagne du Sénégal.

Sélectionné pour vous : L’annonce inattendue de Madiambal Diagne : « Le Quotidien est sponsor officiel du Casa Sports »

Ce dernier, reportage Le Quotidien, a dirigé l’Upf depuis les Assises de l’organisation en 2014, en marge du Sommet de la Francophonie, qui s’était alors tenu à Dakar. L’Upf a donc accepté et entériné, à la veille de la tenue des 49èmes Assises de la presse francophone au Maroc, le testament de M. Diagne de ne pas briguer un nouveau mandat (Voir plus haut).

Un bilan mitigé

Oui l’administrateur général du groupe Avenir communication a d’ores et déjà annoncé sa volunté de ne pas briguer un autre mandat bien avant la tenue des 49èmes Assises internationales de l’Ufp, il s’est sacrifié hier, à Benguerir au Maroc, à la traditionnelle présentation du rapport moral du Bureau international de ladite Union.

Et tout n’a pas été rose pour l’équipe sortante de l’Upf. En effet, d’après M. Diagne, le gouvernement du Cameroun, qui s’était engagé à financer les Assises organisées dans le pays à hauteur de 150 mille euros, n’a pas respecté ses engagements.

Le gouvernement camerounais n’a versé qu’une partie de son engagement et l’Upf a été obligée de compenser. Une situation ici dans le but de plomber la structure en quête de financement dans une période ponctuée par les crises économiques à répétition.

« Les charges de fonctionnement devenant lourdes à supporter -entre un loyer qui avait augmenté en 2019 et le manque d’activité-, le Bureau international a opté pour une réduction des charges de fonctionnement. C’est ainsi que la décision de quitter le siège de la cité Bergère a été prise pour une solution locative à la fois moderne et générant très peu de coûts. Les nouveaux locaux, sis au 73 rue de Clichy dans le 9e arrondissement de Paris, sont des locaux partagés. Ils ont l’avantage d’être modernes, contre les anciens locaux demandant des coûts importants pour une mise aux normes mais inévitables des branchements électriques « , à expliqué le président sortant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.