Aller au contenu

Quand la panique gagne la pègre (Par BOUBACAR SALL)

Le Sénégal a un problème majeur depuis 2012. Il est gouverné par une pègre qui se livre à toutes les formes de forfaitures imaginables, dirigé par un président pétri de rancœur contre les sénégalais

Le Robert définit « La pégre » comme « Un monde de voleurs, d’escrocs formant une sorte de classe ». Ce qui rend ce pègre puissant est qu’elle est composée de hauts fonctionnaires aussi riches que voleurs, de hauts magistrats aussi véreux que carriéristes, de médias aussi menteurs que corrompus, d’un pouvoir judiciaire aussi complice que malveillant, de politicoens aussi nocifs qu ‘inconstants, de pseudo religieux aussi manipulateurs que matérialistes.

→ LIRE AUSSI : Mais réponse à Amadou Tidiane WONE (le Billet de Baaba) sur le fonds « politiques » du Président.

Le fait de constater que ce pègre n’a qu’une seule et même cible, à savoir Mr Ousmane Sonko, et ignore presque tous les autres acteurs politiques, alors cela signifie que c’est l’homme qu’il faut à la tête du Sénégal afin d’être débarrassé de cette gangrène.

La ne s’agira pas seulement de s’en éliminer, mais il faudra surtout récupérer les avoirs volés par ces criminels économiques. Ces avoirs, les uns les ont bel et bien cachés dans leurs maisons, ils y ont puisé pour construire des villas et des immeubles, pour fonder des sociétés, pour créer des fermes et des ranchs, pour acheter des bolides, pour en planquer à l ‘étranger.

→ LIRE AUSSI : « Dans la richesse de Macky Sall et de ceux qui l’entourent il y a de la sueur et du sang », Guy Marius Sagna

C’est l’idée de perdre ces avoirs mal acquis, et très certainement d’aller rester en prison avec leurs familles coupables de recels de bien volés, que les membres de cette pègre sont prêts à tout pour liquider (politiquement ou physiquement) le seul acteur politique qui leur a promis ouvertement d’en faire sa mission, à savoir M. Ousmane Sonko

Il faut reconnaître que la popularité de Mr Ousmane Sonko est unique en son genre et force le respect, car elle a été conquise en très peu d’années (2016 à nos jours), sans moyens particuliers, sans avoir occupé de haute fonction étatique, et malgré les coups bas d’un pouvoir extrêmement lâche. Son franc parler, ses dénonciations partagées par la majorité des sénégalais d’en bas, ses promesses de sévir contre ceux qui ont pillé et vendangé le Sénégal, y sont certainement pour quelque chose dans cette montée en flèche de sa résistance.

→ LIRE AUSSI : Le Dantec: Témoignages touchants de Amadou Sow, 34 ans et attiint d’un cancer du pancréas

Aux yeux des populations, le fait que la pègre manifeste une telle peur et une si profonde hostilité à l’égard de Mr Ousmane Sonko le blanchit donc de toute opposition de façade ou de circonstance à l’Image des Pape Diop, Bamba Fall, Idrissa Seck, et autres qui en réalité ne cherchaient qu’à monnayer leur âme au diable.

La force de combat de Mr Ousmane Sonko est digne de cellules d’un Titan, car il a contre lui tout seul : un Président de la République peureux mais investi de tous les pouvoirs de nuisibles, une cinquantaine de ministres prédateurs, des dizaines de conseillers 140 députés de la 13ème législature, un ministère de la justice si sournois, un ministère de l’intérieur si nocif, le Procureur Général et ses nommés, une panoplie de juges couchés, l’Union des Magistrats Carriéristes et Alimentaires, des ténors de la police , des ténors de la gendarmerie, des milliers de mercenaires semés sur le terrain et la toile, des patrons de presse corrompus et leurs médias, et tant d’autres.

Un seul homme donc, face à des milliers de vautours, intouchables, surarmés, reçu de moyens financiers colossaux, munis de permis de tuer pour certains, bénéficiant tous sans exception de la protection du coude du Président.

Malgré tout cela, la panique est du côté des vautours. Pourquoi ? Les événements de Mars 2021 ont répondu à cette question. Les caravanes de M. Ousmane Sonko lors des élections locales et surtout des cellules des législatives répondent également à la question. Mr Ousmane Sonko semble être devenu une social, la principale question sociale d’un peuple résolu à en découdre avec les membres de ce pègre et son patron.

2024 devrait donc être une formalité si cette pègre n’a pas opté de faire basculer le Sénégal dans le chaos comme elle s’y attelle.

Boubacar Sall
E-mail; [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *