Aller au contenu

Racisme en Tunisie, comment le Sénégal peut-il se faire respecter ?

Le président de la Tunisie, Kaïs Saïed, a prononcé un discours motivant la population à haïr les étrangers. Les citoyens des pays africains en transit ou étudiant sont menacés de quitter le pays. Le Sénégal, comme d’autres pays qui y ont envoyé des étudiants, reste préoccupé par son avenir. Selon l’imam Ahmad Makhtar Kanté, le Sénégal ne doit pas agir seul pour ne pas compromettre la quiétude des étudiants. Mais c’est plutôt le rôle de l’organisation africaine qui fait entendre raison au chef d’Etat Kaïs Saïed et aux dictateurs d’Afrique.

Quelle est votre analyse de la situation en Tunisie ?

→ LIRE AUSSI : « Kaïs Saïed a-t-il oublié que la Tunisie est un pays de migrants ? » par Imam Kanté

« Ma vision peut être différente de celle des autres. Parce que nous devons toujours préserver la paix en Afrique. Il ne faut pas appeler cela du racisme. Parce qu’en Afrique du Sud, des gens ont attaqué des Noirs comme eux. Ces personnes ont accusé les étrangers de prendre leur place au travail. Pourtant, c’est le continent africain qui s’est battu à leurs côtés pour mettre fin à l’apartheid. Je pense que c’est plus un état d’esprit des gens que du racisme. C’est un phénomène que l’on retrouve sur presque tous les continents. Aux États-Unis d’Amérique, le président Trump a encouragé cette attitude. Car les natifs des États-Unis pensent que les Mexicains sont la cause de leur chômage. Une situation qui existait également au Japon avec la communauté chinoise, car les femmes étaient réduites en esclavage, a rappelé l’imam Kanté. Selon lui, les populations ne devraient pas avoir à payer pour la stupidité des chefs d’Etat.

« Nous devons éviter les règlements de compte entre les populations. La situation entre le Sénégal et la Mauritanie, qui a commencé en 1989, nous en a finalement montré l’étendue. Les deux peuples sont revenus à la raison après des années de confrontation et des commerçants se sont installés dans les deux pays. Les gens doivent comprendre que nous partageons une culture, mais aussi que géographiquement et économiquement nous sommes complémentaires. Le Président a fait des remarques sérieuses. Car l’identité arabo-musulmane peut conduire les gens à la révolte. Il doit éviter la proclamation de territoires de cultures, car ce sentiment peut conduire à des révoltes, L’Imam Kanté a expliqué.

→ LIRE AUSSI : Commentaires racistes du président tunisien, Aminata Touré réagit : « Macky Sall est directement…

« La Tunisie fait partie de l’Afrique, malgré le discours du président Kaïs Saïed. C’est un président-dictateur qui veut faire plaisir à son peuple. Car il est conscient que la population a commencé à fuir le pays pour se réfugier en France et dans les pays européens. Il a joué le rôle de dictateur à tel point que les investisseurs commencent à quitter le pays. Mais l’économie du pays est également en difficulté. Il est obligé de jouer le populiste pour montrer aux citoyens qu’il agit dans l’intérêt de la protection de la population. Adolf Hitler en est le parfait exemple. Il a fait croire aux Allemands qu’ils étaient la plus grande race du monde. Je crois qu’il a emprunté la théorie du Grand Remplacement à un sociologue français. Une interprétation faite par des extrémistes comme Éric Zemmour et Marine Le Pen.L’imam Kanté a dit .

Selon l’Imam Kanté, le Président Kaïs Saïed paie sa blague. Selon l’Imam Kanté, le Président Kaïs Saïed paie sa blague. Les ministres ont commencé à rectifier la situation à la télévision.

→ LIRE AUSSI : Tunisie : le calvaire des étudiants sénégalais après les propos racistes du président.

« Ces ministres commencent à remettre les choses en ordre. Ils disent que les propos du président ont été mal compris. Ils disent aussi que le Président parle d’immigrants illégaux. Des gens qui attaquent des citoyens. Je pense que le Président aurait dû parler des menaces qui pèsent sur la stabilité du pays. Mais le racisme existe partout dans le monde, même au Sénégal avec les castes. Il est vrai qu’il y a des personnes racistes au Maghreb, mais ces personnes n’ont pas bénéficié d’une éducation. De plus, elles n’ont pas voyagé en dehors de leur pays. Je me souviens de mes études au Maroc. Notre association sénégalaise à Marrakech avait l’habitude de réunir les étudiants pour des conférences. Nous avons dû faire comprendre à certains Marocains que leur pays envoie aussi des étudiants au Sénégal. Mais aussi que leurs médecins se forment au Sénégal après leurs études de médecine, a déclaré l’Imam Kanté.

L’Imam Kanté pense que le problème doit être résolu par l’organisation de l’unité africaine. Le prochain dirigeant doit jouer le rôle de rassembler les Etats africains. Mais un seul pays a le droit de se battre, car nous risquons de voir des affrontements.

Les citoyens des chefs d’État dictatoriaux risquent de subir des attaques dans leur pays d’accueil. Le Sénégal, par le biais du bureau de l’Organisation de l’unité africaine, peut demander la protection des citoyens en Tunisie. Aucun chef d’Etat ne devrait lutter seul contre ce genre d’acte. Car le président risque d’exposer ses citoyens dans le pays d’accueil. Au Sénégal, nous avons des gens qui ne partagent pas notre culture, mais ils ne sont pas inquiets. La Tunisie n’est pas un pays de migration, mais de transit, a conclu l’imam Ahmad Kanté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *