RÉ.Le dictionnaire français traditionnel « Le Robert » a inclus dans sa version en ligne un pronom personnel neutre pour la troisième personne, suscitant ainsi une discussion. Lee Ferrero de l’association Transat pour les personnes transgenres à Marseille a qualifié mercredi la décision contre France Inter de « presque historique ». Les personnes trans sont des personnes qui ne se sentent pas appartenir au genre qui leur a été assigné à la naissance.

Au lieu de cela, les critiques sont venues du ministre français de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. « L’orthographe inclusive n’est pas l’avenir de la langue française », a-t-il écrit sur Twitter. Il a soutenu la protestation du député François Jolivet contre le dictionnaire. Jolivet qualifie les auteurs de « Robert » de militants et se tourne vers la vénérable Académie française, chargée d’uniformiser et de maintenir la langue française.

Il et elle deviennent iel ou ielle

Plus précisément, il s’agit de l’entrée « iel », qui a été ajoutée au dictionnaire en ligne de « Robert » il y a quelques semaines. « Iel » signifie une personne sans distinction de sexe, dit-il dans la définition. L’orthographe « ielle » est également possible. Le mot est composé du pronom personnel masculin « il » et de l’homologue féminin « elle ». Au pluriel, il a un S pluriel à la fin.

3 mois F+ pour seulement 3€

Pour l’anniversaire F+ vous pouvez lire tous les articles sur FAZ.NET pour seulement 3 euros par mois.

LIRE F + MAINTENANT


Le directeur général des Éditions Le Robert, Charles Bimbenet, a justifié l’inclusion du mot rare par le fait qu’il serait récemment utilisé plus souvent. Il a également précisé dans une communication que tous les dictionnaires contiennent des termes qui véhiculent certaines idées. Bien sûr, ce n’est pas un signe d’approbation pour ces idées. « C’est le travail de Robert d’observer l’évolution des différentes langues françaises en mouvement et de la représenter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.