Aller au contenu

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à une rave illégale dans un village français, trois grièvement blessés dans de multiples accidents

Les autorités soupçonnent que le nombre de visiteurs à Teknival dans l’Indre ce week-end pourrait atteindre les 40 000. Trois personnes ont été grièvement blessées dans des incidents qualifiés d' »accidents » par la police. L’un d’eux a été mordu par une vipère.

Max DeMoorBron : BELGE

Le village français de Villegongis, dans le département de l’Indre au centre de la France, est inondé de ravers depuis jeudi. Le festival techno illégal Teknival a planté ses tentes (et sonorisations) sur une pelouse inutilisée pendant la nuit. Selon les derniers rapports de la chaîne française France Info, il y a 20 000 personnes présentes. Ce nombre pourrait atteindre 40 000 ce week-end.

Le festival techno n’annonce pas son arrivée à l’avance et se déroule sans autorisation. Malgré l’interdiction des festivals de musique impromptue, les autorités ont décidé d’assurer la sécurité des personnes présentes et de ne pas évacuer le site. Les autorités ont envoyé 270 policiers pour surveiller la situation. Il y a quatre points de contrôle sur le site. La Croix-Rouge, les médecins et le personnel du CHU de Rennes sont également disponibles en cas d’urgence médicale.

©Afp

LIRE AUSSI. Une reconstitution de trois jours de chaos et de folie : ‘Nous avons des plans pour toutes les catastrophes, mais pas celle-ci’ (+)

Il y a eu 86 interventions médicales, principalement liées à l’alcool et aux drogues. Au total, sept personnes ont été transportées à l’hôpital, dont trois grièvement blessées. Un homme de 40 ans s’était endormi dans les hautes herbes et avait été percuté par un automobiliste qui avait reculé sans le voir. Une autre personne a été mordue par une vipère. Le troisième a signalé un évanouissement jugé inquiétant par les secours et le parquet a ouvert une enquête sur les organisateurs. Au total, trois arrestations ont été effectuées : deux pour des infractions au code de la route et une pour un délit lié à la drogue impliquant un mineur.

Contre-culture

Teknival fait partie du mouvement des partis libres et est actif dans toute l’Europe. Des soirées précédentes ont également eu lieu en République tchèque, au Portugal, en Allemagne, en Italie et en Roumanie. En 2018, l’organisation a repris un ancien domaine militaire de l’OTAN en France.

Les free parties, comme celle qui a eu lieu à Brustem le dernier week-end d’avril, trouvent leur origine dans les soirées en plein air devenues hype en Angleterre dans les années 1980 et 1990. Le mouvement s’oppose aux grands événements musicaux commerciaux et a des traits anarchistes. « Nous essayons de réécrire le programme qui essaie de nous endoctriner depuis la naissance », lit-on sur le site Web de Teknival.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *