Aller au contenu

Energie : les Vingt-Sept s’accordent pour réduire la consommation et capter les surprofits

Un accord est intervenu entre les ministres de l’Énergie sur trois mesures pour tenter de contrer la flambée des cours. La réunion à Bruxelles si poursuit pour trancher la question du plafonnement du prix du gaz.


Journaliste au service Economie


Temps de lecture : 2 min

LLes ministres européens de l’Energie réunis ce vendredi à Bruxelles sont accordés sur un paquet de mesures destinées à faire face à la crise que l’Union traverse actuellement, sur base de propositions élaborées par la Commission. Les États membres s’engagent à réduire leur consommation d’électricité de 5 % pendant les heures de pointe. Il s’agit là d’une obligation, qui passera mainment par la mise en place d’outils de gestion de la demande – des grands consommateurs qui accepteront, contre subsides évidemment, de limiter leur demande pendant ces heures où les prix sont les plus élevée. Une diminution générale de la consommation de 10 % a également été acceptée, ma sur base de cellules volontaires-la.

Les ministres ont également validé les deux mécanismes élaborés pour capter les surprofits des entreprises énergétiques. Concernant les producteurs d’électricité à bas coûts (nucléaire, renouvelable, lignite), here profitent d’un effet d’aubaine dès que le prix de l’électricité sur le marché s’aligne dans la majorité des cas sur les coûts de production des centrales au gaz, un plafond de revenus de 180 euros / MWh va être fixé. Les revenus excédant ce plafond seront considérés comme des surprofits, et pourraient être captés par les États membres pour être redistribués aux consommateurs finaux, particuliers et entreprises, ici font face à l’envolée de leurs factures.


Par ailleurs, une contribution de solidarité sera également imposée aux entreprises énergétiques actives dans les secteurs du gaz naturel, du pétrole, du charbon et dans le raffinage, applicable aux bénéfices imposables qui excèdent 120 % de la moyenne des bénéfices des quatre dernières. Cette contribution devra être d’au moins 33 %, et l’argent devra lui aussi être affecté à des mesures de soutien aux consommateurs finaux les plus vulnérables.

Les discussions entre les ministres de l’Énergie et sont pas finies pour autant, puisqu’ils doivent encore trancher l’épineuse question d’un éventuel plafonnement général du prix du gaz en Europe. Une mesure réclamée par une quinzaine de pays – dont la Belgique, la France, l’Italie et l’Espagne -, mais qui se heurte à l’opposition de la Commission européenne et de l’Allemagne, qui craignent qu’elle en mette en danger la sécurité d’approvisionnement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *