Aller au contenu

Espionnage, SMS et surveillance… L’influence tentaculaire et hyperactive du Maroc sur l’Union européenne

Accusé de corruption dans le Qatargate, le Maroc a développé un réseau impressionnant dans l’UE. Enquête sur l’influence polymorphe de Rabat à Bruxelles, en collaboration avec la cellule d’investigation de Radio France.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au Service Mondial


Temps de lecture : 15 min

ddes voyages, des « petits » cadeaux, mais aussi des milliers d’euros en espèces. Ainsi le Maroc a payé Pier Antonio Panzeri pour son « travail » au sein des institutions européennes, selon les déclarations de l’intéressé aux enquêteurs. Mais ce scandale de corruption, qui secoue encore et encore le Parlement européen, n’est que la face visible de l’omniprésence marocaine dans les institutions. « Cette action de corruption n’est pas seulement mise en œuvre occasionnellement. C’est plutôt une méthode, une présence durable», souligne Francesco Bastagli, ancien représentant spécial des Nations unies pour le Sahara occidental de 2005 à 2007. Le Sahara occidental est une région au statut contesté, sur laquelle le Maroc revendique la souveraineté.




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • Accès illimité à tous les articles éditoriaux, dossiers et rapports
  • Le journal en version numérique
  • Confort de lecture avec publicité limitée



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *