Aller au contenu

Fonds européen de souveraineté, guerre en Ukraine… Les déclarations d’Ursula von der Leyen au Forum économique mondial de Davos

Fonds europeen de souverainete guerre en Ukraine… Les declarations dUrsula au 1 février 2023

Pour soutenir l’industrie européenne face à la hausse des prix de l’énergie et aux aides d’Etat chinoises et américaines, Ursula von der Leyen veut mettre en place un « fonds européen de souveraineté ». Mais certains États, dont l’Allemagne, n’y sont pas favorables.

LLa présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a réitéré mardi à Davos son soutien à un « fonds de souveraineté européen » pour soutenir l’industrie de l’UE face à la hausse des prix de l’énergie et aux aides d’État chinoises et américaines.


« A moyen terme, nous préparerons un fonds de souveraineté européen dans le cadre de la révision à mi-parcours de notre budget qui aura lieu plus tard cette année », a déclaré le responsable lors de la première journée de discussions organisée par le Forum économique mondial (WEF ), sans toutefois préciser comment ce fonds serait financé.

« C’est une solution structurante qui augmentera les moyens disponibles pour la recherche amont, l’innovation et les projets industriels stratégiques indispensables pour atteindre l’objectif de zéro émission nette » de CO2, a poursuivi le directeur général de l’exécutif européen. « Mais comme cela prendra du temps, nous chercherons une solution intermédiaire pour fournir une assistance rapide et ciblée là où elle est le plus nécessaire. À cette fin, nous travaillons dur sur une évaluation des besoins », a-t-il ajouté.

L’idée d’un fonds de souveraineté, basé sur un cofinancement à l’échelle de l’UE, avait déjà été formulée par Ursula von der Leyen mais s’est heurtée à l’hostilité de nombreux pays membres, dont l’Allemagne, qui s’inquiètent des contributeurs nets au budget européen. de voir les factures encore augmenter. Mme von der Leyen s’est montrée timide vendredi lors d’une visite en Suède, pays idéologiquement hostile à l’intervention de l’Etat, qui assure la présidence du Conseil de l’UE jusqu’en juin.

Dans un premier temps, l’argent européen devrait se limiter à réaffecter les fonds existants, reconnaissent les diplomates. Les Vingt-Sept tentent de se coordonner en vue d’un sommet européen des chefs d’Etat et de gouvernement les 9 et 10 février et ont chargé la Commission européenne de présenter des propositions d’ici fin janvier.

Ursula von der Leyen a également rappelé à Davos que la Commission proposera « d’adapter temporairement (ses) règles sur les aides d’Etat pour accélérer et simplifier les choses ». « Les calculs seront plus faciles. Procédures simplifiées. Des autorisations, accélérées », a déclaré le responsable allemand, alors que plusieurs Etats, dont la France, appellent à un nouvel assouplissement du cadre réglementaire très strict qui encadre les aides publiques dans l’UE.

Mardi, von der Leyen s’est toutefois inquiétée d’une éventuelle « fragmentation » du marché européen, notant que « seuls quelques Etats membres » disposent de marges budgétaires suffisantes pour recourir aux aides publiques, avec le danger d’une course aux subventions les pays les plus grands et les plus riches. Pour cela « nous devons augmenter le financement de l’UE », a-t-il insisté.

Soutien à l’Ukraine « aussi longtemps que nécessaire »

L’Europe continuera à soutenir l’Ukraine « aussi longtemps que nécessaire » face à la Russie, a promis mardi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors d’un discours prononcé lors de la réunion du Forum économique mondial de Davos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *