Aller au contenu

Grèves d’avertissement au téléscripteur : la grève d’avertissement de mercredi concerne également les bus et les trains

Greves davertissement au telescripteur la greve davertissement de mercredi au 23 septembre 2023

La grève d’avertissement de mercredi touche également les bus et les trains du Sud-Ouest

16h45 : Dans plusieurs endroits du sud-ouest, les passagers mercredi peuvent s’attendre à des restrictions dans les transports locaux. Le syndicat Verdi a appelé les employés de SWEG Südwestdeutsche Landesverkehrs-GmbH à déclencher une grève d’avertissement toute la journée ce jour-là.

Selon un porte-parole du syndicat, 1 800 salariés du Bade-Wurtemberg ont été sommés de quitter leur emploi. Le syndicat suppose que cela pourrait entraîner des problèmes de circulation des bus dans les districts de Kraichgau Wiesloch, Hohenlohe, Main/Tauber, Mittelbaden, Markgräflerland, Weil am Rhein, Zollernalb, Sigmaringen, Reutlingen, Biberach et Tübingen. En outre, le trafic ferroviaire des réseaux Ortenau, Ulmer Stern, Zollernbahn et Black Forest Ring est affecté.

Le syndicat demande une augmentation des salaires et traitements de 550 euros par mois pour les salariés pendant une période de douze mois. Le salaire du stagiaire est majoré de 250 euros. Lors d’une première ronde de négociations le 17 avril, les employeurs ont présenté une offre inférieure. Verdi réclame également de meilleures conditions de travail pour contrer le manque de personnel dans les entreprises.

En plus des actions dans le Bade-Wurtemberg, des grèves d’avertissement sont prévues dans le Schleswig-Holstein, la Basse-Saxe, la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Bavière. Avec 2.800 salariés, le Bade-Wurtemberg compte le plus de ceux couverts par la convention collective des chemins de fer (ETV), a indiqué un porte-parole du syndicat. 1800 d’entre eux sont au SWEG et sont donc appelés à faire une grève d’avertissement. Selon Verdi, environ 5 000 employés dans tout le pays sont couverts par la convention collective.

Les quelque 40 entreprises ne sont pas couvertes par la convention collective de service public de l’État fédéral et des municipalités. De plus, ils n’ont rien à voir avec les négociations salariales actuelles des chemins de fer, qui sont actuellement menées par le syndicat des chemins de fer et des transports EVG. La convention collective des petits chemins de fer s’est historiquement développée, a déclaré un porte-parole du syndicat.

Grève d’avertissement de courte durée à l’aéroport de Hambourg : départs annulés

8h44 : L’Union Verdi a appelé lundi à une grève d’avertissement d’une journée à l’aéroport de Hambourg. L’aéroport de Hambourg a annoncé tôt dans la matinée que 31 départs sur 160 avaient déjà été annulés. Selon l’aéroport, les vols vers Zurich, Francfort, Bruxelles, Helsinki et Malaga ont été touchés. Les quelque 300 employés du prestataire de services d’assistance Aviation Handling Services Hamburg GmbH (AHS), chargés entre autres de l’enregistrement et de l’embarquement, ont été appelés à une grève d’avertissement.

AHS traite avec plusieurs compagnies aériennes, dont Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines et Brussels Airlines. Les salariés devaient initialement gérer 84 départs le lundi. En raison de la grève d’avertissement, il pourrait y avoir de nouvelles annulations et des retards importants sur les vols opérés par AHS, a indiqué l’aéroport.

Toutes les compagnies aériennes avaient programmé 160 départs de Hambourg aujourd’hui. Les vols desservis par d’autres sociétés de services ne sont pas concernés. Les arrivées devraient également se dérouler comme prévu. Les personnels des comptoirs d’enregistrement et d’embarquement sont des salariés de prestataires de services privés qui fournissent des services aux passagers des vols pour le compte des compagnies aériennes.

Selon Verdi, le contexte de la grève d’avertissement est le conflit salarial non résolu chez AHS. Les salaires d’entrée sont actuellement au niveau du salaire minimum légal. L’offre du prestataire d’assistance en escale, dans laquelle l’aéroport de Hambourg détient une part de 49% selon le syndicat, n’est que de 14 euros pour 2023. Les autres prestataires d’assistance en escale à l’aéroport de Hambourg paient un salaire minimum de 15 euros, que la commission de négociation collective Verdi a également nécessite pour AHS.

La négociation collective chez AHS est en cours depuis janvier de cette année. Selon les informations, il n’y a actuellement aucune date pour une nouvelle audience.

L’aéroport de Hambourg a été à plusieurs reprises la cible de grèves d’avertissement cette année. Plus récemment, des grèves d’avertissement des inspecteurs de sécurité jeudi et vendredi ont largement paralysé l’aéroport de Hambourg.

Le personnel de sécurité de l’aéroport de Berlin Brandebourg a également arrêté le travail lundi. Peu de temps après l’annonce de la grève d’avertissement, l’aéroport a annoncé qu’aucun vol de passagers ne décollerait lundi.

Le directeur général de l’association aéroportuaire ADV, Ralph Beisel, a critiqué les grèves d’avertissement : « Une fois de plus, les aéroports sont les plus durement touchés, bien qu’ils ne soient pas impliqués dans les négociations et ne soient pas parties à la négociation collective. »

Grève d’avertissement à l’aéroport de Berlin – Aucun départ le lundi

Lundi 24 avril, 7h15 : Aucun vol de passagers ne décollera de l’aéroport de Berlin ce lundi en raison d’une grève d’avertissement. Certaines arrivées d’avions sont également concernées et annulées. Le syndicat Verdi a invité les employés des zones de sécurité aérienne, de contrôle des passagers et de contrôle du personnel et du fret à ne pas travailler de 3h30 à minuit. L’aéroport a alors annoncé qu’aucun vol de passagers ne pouvait décoller.

La quasi-totalité des quelque 240 départs initialement prévus ont déjà été annulés dimanche sur le site Web de l’aéroport. Certaines des quelque 240 arrivées d’avions estimées, par exemple de Ryanair, KLM et Air France, seraient également « annulées ».

Selon l’aéroport, la compagnie aérienne respective décide si les avions arriveront. Les passagers doivent vérifier auprès des compagnies aériennes. L’aéroport suppose que certains atterrissages seront annulés car les avions ne peuvent plus décoller avec de nouveaux passagers et continuer à voler après leur arrivée.

La raison des grèves d’avertissement des aéroports de jeudi, vendredi et lundi sont les négociations sur les majorations pour le travail de nuit, le samedi, le dimanche et les jours fériés et les règles sur la rémunération des heures supplémentaires pour le personnel de sécurité et de service. Des pourparlers entre Verdi et l’Association fédérale des entreprises de sécurité aérienne (Bdls) sont en cours depuis un certain temps.

« Nous exhortons à nouveau la BDL à présenter une offre négociable les 27 et 28 avril et à ne pas tarder, sinon il y a un risque de nouvelles grèves dans le trafic aérien en mai et à la Pentecôte », a déclaré Wolfgang Pieper du syndicat Verdi. samedi avec

L’association aéroportuaire ADV a lancé un appel aux parties à la négociation collective pour rechercher un accord à la table des négociations. « Une grève d’une journée entière isolant l’aéroport de la capitale du trafic aérien international n’a plus rien à voir depuis longtemps avec une grève d’avertissement », a déclaré l’association dans un communiqué. En raison de l’annonce à court terme, les passagers concernés n’ont guère eu l’occasion de « rechercher d’autres options de voyage ».

Il s’agit de la troisième grève d’avertissement majeure cette année à l’aéroport de Berlin. Dès le 13 mars, un arrêt de travail a empêché tous les départs en raison de négociations sur les surtaxes pour le personnel de sécurité. Lors d’une grève d’avertissement le 25 janvier, Verdi a interrompu tout le trafic aérien commercial. A ce moment, des employés de la société aéroportuaire et des services d’assistance en escale sont descendus avec le personnel de sécurité. Entre-temps, des conventions collectives ont été conclues pour ces deux groupes.

Les opérations à l’aéroport de Hambourg sont revenues à la normale après la grève d’avertissement

Dimanche 23 avril, 17h46 : Après une grève d’avertissement de deux jours par les inspecteurs de sécurité, les opérations à l’aéroport de Hambourg ont repris leur plein essor ce week-end. Alors que les séquelles de la grève d’avertissement se sont encore traduites par des terminaux surpeuplés et des vols très chargés samedi, des opérations régulières étaient à nouveau attendues dimanche, selon un porte-parole de l’aéroport.

De nombreux voyageurs, en particulier ceux revenant du Schleswig-Holstein à la fin des vacances de Pâques, ont dû reporter leurs vols annulés à samedi. Ainsi, les compagnies aériennes avaient prévu une dizaine de vols supplémentaires pour samedi. Au total, environ 35 000 passagers à l’arrivée et au départ ont visité l’aéroport samedi. Entre-temps, cela a entraîné des temps d’attente plus longs aux points de contrôle de sécurité et des retards de vols individuels. Après ces jours de grèves d’avertissement, ce n’est pas rare dans tous les aéroports.

Le syndicat Verdi des services avait demandé aux salariés du secteur de la sécurité aérienne de suspendre le travail pendant deux jours. Selon l’aéroport, aucun des départs prévus et seulement quelques arrivées n’ont pu avoir lieu car les passagers n’ont pas pu passer le contrôle passagers. De plus, il y a eu une grève d’avertissement à l’échelle nationale par l’Union des chemins de fer et des transports (EVG) vendredi, laissant aux voyageurs peu d’alternative.

Selon l’aéroport, chaque jour de grève d’avertissement coûte au Hamburg Airport Group un peu plus d’un demi-million d’euros en moyenne.

Aucun départ de l’aéroport de la capitale BER le lundi

14h19 : En raison de la grève d’avertissement annoncée, aucun vol de passagers ne pourra décoller de l’aéroport de Berlin Brandebourg lundi. Les arrivées pourraient également être affectées, la compagnie aérienne respective en décide ainsi, a déclaré samedi un porte-parole de l’aéroport à l’agence de presse allemande.

Verdi appelle à une grève d’avertissement à l’aéroport de Berlin-Brandebourg

11h40 : Le syndicat Verdi a appelé lundi à une grève d’avertissement à l’aéroport de Berlin-Brandebourg. La grève des employés du domaine de la sécurité aérienne, du contrôle des passagers et du personnel et du contrôle du fret a commencé à 3h30 et s’est terminée à minuit, a annoncé Verdi samedi matin.

Verdi s’est déjà mis en grève jeudi et vendredi dans les aéroports de Düsseldorf, Hambourg et Cologne/Bonn, ainsi que vendredi dans les aéroports de Stuttgart et Karlsruhe/Baden-Baden. Les grèves d’avertissement ont entraîné de nombreuses annulations de vols. Il y a eu une autre grève à l’aéroport de Baden samedi.

Les opérations à l’aéroport de Hambourg ont repris normalement après la grève

Samedi 22 avril, 11h14 : Après une grève d’avertissement des inspecteurs de sécurité jeudi et vendredi, les opérations normales à l’aéroport de Hambourg ont repris samedi. Selon l’aéroport, cependant, il s’attend à une augmentation du nombre de passagers. En raison des nouvelles réservations, de l’utilisation élevée de la capacité de vol et du rééchelonnement des compagnies aériennes, 127 départs et 117 arrivées sont attendus samedi au lieu de 118 décollages et 114 atterrissages. Une porte-parole de l’aéroport l’a annoncé samedi matin. Les passagers doivent donc prévoir un créneau horaire plus large. Il est désormais possible de réserver des créneaux de 15 minutes pour accéder aux contrôles de sécurité via Slot&Fly, un nouveau service qui simplifie la planification du jour du départ.

Vous pouvez en savoir plus sur les avertissements dans les pages suivantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *