Aller au contenu

Kipyegon établit un record du monde du 5 000 m à Paris

dTrois records du monde en deux heures et un empêché : le festival sportif de la Ligue de diamant à Paris a fait l’effet d’un bang, ce qui devrait attirer l’attention sur les Jeux Olympiques de l’année prochaine.

60 ans du Traite de lElysee la relation economique au 22 juillet 2024

Quelle différence ont été les meilleures performances : d’abord la surprise de la soirée, le record du monde sur 5000 mètres. La Kényane Faith Kipyegon, qui avait battu le record du monde sur 1500 mètres lors du festival sportif Diamond League à Florence une semaine plus tôt, s’est également avérée être la femme la plus rapide du monde sur les douze tours et demi du stade et s’est améliorée sur son meilleur temps de près d’une seconde et demie à 14h05, 20 minutes.

Elle a franchi la ligne d’arrivée les yeux écarquillés, s’est couvert le visage d’étonnement en regardant le tableau de bord, et quand elle a enfin repris son souffle, elle a déclaré : « Je n’aurais pas pu imaginer que je pouvais être aussi rapide. 1500 mètres c’est ma distance, mais pas 5000. C’est incroyable. Je voulais juste améliorer mon record personnel. Le champion du monde éthiopien du 10 000 m Letesenbet Gidey était en tête avec près de deux tours à faire. Lorsque Faith Kipyegon a concouru, elle a perdu la course et le record du monde.

Le record de Marita Koch tient toujours

Quelle différence avec le record du 3000m haies. Comme s’il avait quelque chose à clarifier, l’Ethiopien Lamecha Girma l’a pris. Sur cette distance dégagée, il détenait déjà le record en salle. Vendredi soir devant 19 000 spectateurs au stade Charléty, au sud de Paris, il a enchaîné 7 min 52 s 11 en solitaire sur des haies et un fossé en piste, battant de plus le record vieux de près de vingt ans de Saif Saaeed Shaheen (Qatar). plus d’un an de deuxième contre-dépouille, le finaliste aux Jeux olympiques et aux championnats du monde s’est avéré être l’athlète dominant sur ce parcours. Girma devrait être favori l’année prochaine lorsque l’athlétisme déménagera au Stade de France, quadruplé et transformé en stade olympique. La championne olympique et championne du monde Soufiane El Bakkali a raté son record du monde il y a quelques semaines à Rabat.

Pas de record du monde officiel, mais un record personnel : Jakob Ingebrigtsen


Pas de record du monde officiel, mais un record personnel : Jakob Ingebrigtsen
:


Image : EPA

Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen a été étonné de la facilité avec laquelle il a amélioré son meilleur temps à 7: 54,10 minutes sur les deux milles rarement parcourus (3218 mètres) – les organisateurs l’ont récompensé avec une sorte de gigantesque chèque de «record du monde» qui était debout. L’association mondiale n’établit pas de records du monde pour ce parcours, qui ne fait pas partie des compétitions établies, mais des meilleurs temps. Ingebristen l’a amélioré de quatre secondes.

« Les premiers tours ont été vraiment faciles », a déclaré le champion olympique et champion du monde à propos de la piste derrière son stimulateur cardiaque : « Ce n’est pas difficile pour moi de faire des tours de 59 secondes. » La course n’a commencé qu’après quelques tours pour lui. Ingebrigtsen a fait croire que les stimulateurs cardiaques l’avaient ralenti. « Je ne m’attendais pas à être aussi rapide. J’ai été surpris de voir soudainement la lumière derrière moi.  » Toujours à Paris, un système de lumières sur la piste intérieure indiquait aux coureurs et aux spectateurs s’ils couraient derrière ou devant le record du monde. .

La championne olympique et mondiale Sydney McLaughlin-Levrone n’a pas réussi à battre le record du monde de Marita Koch, âgée de 38 ans, au 400 m sans hâte. L’Américaine a commencé les cent premiers mètres si vite qu’elle avait neuf centièmes d’avance sur le temps intermédiaire de la coureuse de la RDA pour le premier quart de 11,69 secondes. Alors que certains spectateurs ont eu le souffle coupé devant l’attaque furieuse contre sans doute le plus célèbre des disques toxiques de l’époque de la guerre froide, le coureur de 23 ans a eu le souffle coupé. Au 200 mètres, il était de 22,67 secondes contre 22,45 en faveur de Koch. L’Américaine de 23 ans a terminé en 49,71 secondes, battue par Marileidy Paulino de la République dominicaine (49,12) et milles par les 47,60 secondes de Koch. Vous pouvez être sûr : il réessayera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *