Vendredi, Paris a donné le coup d’envoi de la « PFUE » : la présidence française du Conseil de l’UE. Entre joie et défis colossaux.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au Département Monde


Temps de lecture : 4 min

ETn marche pour une « Europe souveraine, puissante et moins naïve » : la France d’Emmanuel Macron reprend à la Slovénie le relais de la présidence tournante du Conseil de l’UE – les nombreux cercles ministériels qui rassemblent les vingt-sept capitales. L’enthousiasme est là ; les défis, voire les pièges. Sans parler des imprévus, qui risquent de faire dérailler les meilleurs plans – rappelons à tous le covid.



Cet article est réservé aux abonnés

En savoir plus, 1€ pour 1 mois
(sans obligation)

Je saisis cette occasion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *