Aller au contenu

Le cyclisme pleure Mäder – un médecin parle de scènes dramatiques après l’accident

Le cyclisme pleure Mader un medecin parle de scenes au 18 juin 2024

Le monde du cyclisme pleure Mäder : le médecin raconte des scènes dramatiques après un accident de vélo mortel

  • E-mail

  • Divisé

  • De plus

  • Chant


  • presser

  • Signaler une erreur

    Avez-vous remarqué une erreur ?

    Veuillez marquer les mots pertinents dans le texte. Signalez l’erreur aux éditeurs en seulement deux clics.

    Il n’y a pas de génie génétique dans la plante

    Mais ne vous inquiétez pas:
    Génétiquement modifié

    sont les

Au milieu du deuil du cycliste professionnel Gino Mäder, le Tour de Suisse continue. Il reste encore de nombreuses questions sans réponse concernant la mort tragique du Suisse de 26 ans. Le Dr Roland Kretsch a été le premier médecin sur les lieux de l’accident et parle des scènes dramatiques.

On ne sait pas encore ce qui s’est passé jeudi dans la descente à quelques kilomètres de l’arrivée. Gino Mäder a fait une sortie de route lors de la dernière descente de la cinquième étape sur l’Albula et est tombé dans le lit d’un ruisseau. Outre le Suisse, Magnus Sheffield, 21 ans, est également tombé de la pente. Le pro américain a subi une commotion cérébrale et des ecchymoses mineures dans l’accident et a dû rester à l’hôpital pendant la nuit.

Le Dr Roland Kretsch, qui a été le premier à arriver sur le site de l’accident, a déclaré au « Blick » suisse que deux coureurs étaient tombés et se sont écrasés le long du talus. « Probablement trop de vitesse ou un freinage ou un blocage trop tardif, ce n’est pas tout à fait clair », a déclaré Kretsch.

Docteur : Mäder « gisait dans le bec d’un trinage de la montagne sur le rocher »

Le médecin du Tour de Suisse a évoqué les moments déchirants après l’accident : « Nous nous sommes arrêtés immédiatement et avons regardé où se trouvaient les blessés. Ce n’était pas possible d’en haut. En raison de la profondeur de la chute, j’ai immédiatement dit à mon chauffeur : « S’il vous plaît, organisez-vous Rega (Swiss Air Rescue) immédiatement, quelque chose de grave s’est passé ici ». Ensuite, je suis descendu et j’ai trouvé deux blessés. Premièrement, Magnus, qui était déjà assis là et tremblait de tout son corps ».

A quelques mètres de là, Kretsch trouva enfin Mäder, qui était « couché sur le rocher dans le bec d’un trinage de la montagne ». Kretsch poursuit : « Immobile, inconscient, sans pouls. Je l’ai tout de suite sorti de l’eau avec un kinésithérapeute et je l’ai réanimé juste à côté de lui. Puis les sauveteurs sont descendus les uns après les autres ».

Le médecin a trouvé Mäder sur les lieux de l’accident sans pouls. Une réanimation de 25 minutes a réussi. « Il est revenu à la vie, arrêt cardiaque résolu », explique Kretsch. Cependant, le Suisse n’a jamais été conscient. Mäder a ensuite été transportée par la Rega à l’hôpital cantonal de Coire, où elle a été soignée dans le service de traumatologie. Son équipe Bahreïn-Victorious a annoncé vendredi que le Suisse avait succombé à ses graves blessures.

La police cantonale des Grisons a déjà cité des témoins. « Nous recherchons notamment des personnes capables d’observer voire de filmer l’incident », précise-t-elle dans un communiqué.

En raison du déroulement inexpliqué de l’accident, une évaluation globale est difficile. Malheureusement les chutes et les accidents graves, voire mortels, ne sont pas nouveaux dans le cyclisme et le casque est pratiquement la seule protection. La mort de Fabio Casartelli en 1995 après une chute sur une étape du Tour de France avait suscité le débat sur l’obligation du port du casque, mais celle-ci n’a été instaurée que huit ans plus tard. Peu de temps auparavant, le Kazakh Andriej Kiwilev était décédé des suites d’une chute.

Malgré l’obligation du port du casque, des accidents mortels se sont quand même produits par la suite. En 2016, le pro belge Antoine Demoitié est décédé des suites d’une collision avec une moto de rechange, en 2019 le cycliste professionnel belge Bjorg Lambrecht n’a pas survécu à un accident au Tour de Pologne.

La route était sèche lorsque Mäder s’est écrasé et la descente rapide a marqué la fin d’une étape de plus de 215,3 kilomètres et 3 295 mètres de dénivelé positif. Ce n’était pas une bonne idée de placer la ligne d’arrivée d’une telle étape après une descente, a déclaré le champion du monde de 23 ans Remco Evenepoel de Belgique. « À l’avenir, vous devrez peut-être vous assurer que les descentes ne se font pas si près de la ligne d’arrivée », a convenu l’ancien cycliste professionnel Fabian Wegmann dans une interview à l’agence de presse allemande.

lsc/avec dpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *