nAprès une discussion animée, le parlement français a finalement décidé d’introduire la nouvelle carte de vaccination corona. L’Assemblée nationale à Paris a approuvé le texte législatif correspondant tard dimanche soir avec 215 voix pour, 58 contre et 7 abstentions. Le nouveau laissez-passer de vaccination devrait s’appliquer à partir du 24 janvier et est également obligatoire pour les visiteurs en provenance d’Allemagne. Correspond à la règle allemande 2-G. Le parti de gauche La France Insoumise (LFI), certains parlementaires verts et libéraux et des sénateurs socialistes ont saisi le Conseil constitutionnel, qui examinera le texte de loi dans les prochains jours.

Le candidat LFI à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il supprimerait le carnet de vaccination s’il était élu président en avril. « La méthode brutale du gouvernement ne fonctionne pas », a déclaré Mélenchon. Les vaccinations ne sont pas la panacée dans la pandémie. « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé de persuader plutôt que de forcer les vaccinations », a déclaré le directeur de campagne de Mélenchon, Manuel Bompard.

« Macron a menti aux Français »

Le gouvernement fait exactement le contraire. Le carnet de vaccination exclura les personnes non vaccinées au lieu de les accompagner, a-t-il précisé. Lors de son rassemblement du week-end à Nantes, Mélenchon a lié la pandémie à l’exploitation capitaliste des ressources, à l’agriculture intensive et à l’agriculture intensive.

La candidate populiste de droite à la présidentielle Marine Le Pen a également annoncé vouloir supprimer le carnet de vaccination au nom de la « liberté ». Le président Emmanuel Macron a menti aux Français en leur promettant en décembre qu’il leur laisserait la liberté de choix. La carte de vaccination est une fausse introduction à la vaccination obligatoire, a déclaré Le Pen. Son directeur de campagne, Jordan Bardella, a déclaré que même ceux qui ont été entièrement vaccinés pourraient transmettre le virus. Son parti s’appuiera donc sur une stratégie de test intelligente pour éviter la contagion.

Samedi, des dizaines de milliers de Français sont descendus dans la rue pour protester contre le carnet de vaccination. A Paris, la manifestation a été infiltrée par des extrémistes de droite qui ont salué Hitler dans la rue. Deux journalistes de l’agence de presse AFP ont été agressés physiquement et menacés de mort par des extrémistes de droite présumés. Lorsque les forces de sécurité se sont tenues devant les journalistes pour les protéger, ils ont été attaqués à coups de matraque. L’un des policiers a été blessé à la tête après avoir été touché par une bouteille.

Le président de l’AFP, Fabrice Fries, a annoncé que l’agence de presse portera plainte au nom de journalistes pour voies de fait, menaces de mort et entrave à la liberté d’expression. L’AFP est déterminée à défendre la pratique du journalisme. Fries a ajouté qu’il était préoccupé par les « nouveaux niveaux de violence » contre les travailleurs des médias. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé lundi que les incidents feront l’objet d’une enquête.

Avec le nouveau carnet de vaccination, la France augmente la pression sur les non-vaccinés. Une preuve de vaccination corona ou de récupération de code QR sera requise à l’avenir pour pouvoir visiter les bars, restaurants, événements culturels et voyager sur de longues distances en bus, train et avion. Un test négatif ne suffit plus. Malgré des jours de délibération au sein d’un comité de médiation, l’Assemblée nationale et le Sénat ne sont pas parvenus à un accord. Particulièrement controversés sont les contrôles d’identité liés au carnet de vaccination. Le personnel de la restauration, des sites culturels et des moyens de transport est habilité à vérifier la correspondance de la pièce d’identité et du carnet de vaccination. Les politiciens de gauche y voient une expansion secrète des contrôles d’identité, qui ciblent déjà principalement les membres des minorités visibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.