Le Parlement européen examinera une directive phare, la loi sur les services numériques, qui devrait façonner l’avenir numérique du Vieux Continent. Et ne laissez plus les Gafa imposer leurs règles. Débats titanesques en vue.


Article réservé aux abonnés

Responsable du pôle multimédia


Temps de lecture : 5 min

Rils réglementent Google, Apple, Facebook, Amazon et d’autres géants du numérique. C’est ni plus ni moins le défi lancé par la Commission européenne. C’est le pari qu’Emmanuel Macron s’est lancé, à la veille des élections présidentielles, alors que la France dirige le Conseil européen jusqu’au 30 juin. Sur la table, deux grands projets de directives, présentés conjointement : la loi sur les marchés numériques (DMA) et la loi sur les services numériques (DSA). Perçues comme façonnant l’avenir du numérique en Europe, ces briques remplaceront l’ancienne directive e-commerce (datant de 2000 !). Malgré un certain retard technologique par rapport aux États-Unis ou à la Chine, l’Europe entend donc se positionner à la pointe de la régulation de l’espace numérique, comme elle a pu le faire en 2018 avec le RGPD. C’est d’ailleurs toute la portée du pari.



Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez le reste, 1 € pour 1 mois
(sans obligation)

je profite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.