RÉ.La semaine de négociation s’est terminée vendredi sur un sérieux revers. Les directives de l’Asie avaient déjà indiqué où le voyage irait en Europe et aux États-Unis également : vers le bas. Le principal indice allemand Dax a chuté de 3% à 15 376 points dès le début des échanges.

leer au 16 janvier 2022

Inken Schönauer

Rédacteur en entreprise, responsable du marché financier.

La nouvelle de la nouvelle variante du virus Corona en provenance d’Afrique du Sud a suscité une grande incertitude parmi les investisseurs. Plus tard dans la journée, on a appris qu’elle était apparemment déjà arrivée en Belgique. Même avant l’annonce du virus, il y avait des spéculations sur de nouveaux blocages qui pourraient être imposés aux personnes vaccinées et non vaccinées. Le chef du RKI, Lothar Wieler, et le ministre fédéral de la Santé, Jens Spahn, ont déclaré que les vaccinations à elles seules ne pouvaient pas briser la quatrième vague.

La branche a connu une reprise

L’aviation a été particulièrement touchée en bourse. La participation de Deutsche Lufthansa a été le plus grand perdant dans M-Dax avec une baisse de prix de 12% entre-temps. Viennent ensuite les cartes du groupe aéroportuaire Fraport, qui perd plus de 9% en valeur. Le fait que l’Allemagne ait classé l’Afrique du Sud comme zone variante du virus signifiait que les rapatriés, y compris ceux qui avaient été vaccinés, devaient être mis en quarantaine pendant 14 jours. Les compagnies aériennes ne peuvent transporter que des citoyens allemands vers la République fédérale.

D’autres pays tels que la Grande-Bretagne et la France ont initialement arrêté le trafic aérien vers l’Afrique du Sud. Air France-KLM et la maison mère de British Airways IAG ont fait état de lourdes pertes, même les journaux de la compagnie low-cost Ryanair sont sur une spirale descendante, bien que les Irlandais ne proposent pas de vols long-courriers.

Dans l’ensemble, les pertes de trafic en Afrique du Sud sont faibles pour les entreprises. Les analystes voient le vrai test juste à venir alors que les compagnies aériennes se sont préparées à un hiver plus faible. Le facteur décisif sera la rapidité avec laquelle l’activité de réservation reprendra en 2022. Pendant ce temps, les investisseurs craignent que la variante du virus ne se propage rapidement. L’industrie a récemment connu une reprise après que les États-Unis ont levé les restrictions d’entrée pour les Européens vaccinés.

Les fabricants de vaccins gagnent gros

Alors que les actions aéronautiques et les banques figuraient parmi les grands perdants, il y avait aussi des gagnants. Les investisseurs ont hardiment repris les fournisseurs de vaccins contre le coronavirus.


– (-)


Vers la vue détaillée

Les actions de la société de biotechnologie allemande BioNTech ont parfois augmenté de près de 16 %. Aux États-Unis, les titres de partenaire de développement de Pfizer se sont vigoureusement imposés. Les routes des concurrents Moderna et Novavax ont également été augmentées. Parmi les lauréats figurent également les actions de la société pharmaceutique Merck & Co, qui, comme Pfizer, propose un médicament pour le traitement des patients coronariens.

Les temps de confinement habituels sont également positifs en Allemagne. Le prix du fournisseur de logiciels Teamviewer a augmenté autant que celui du fournisseur de produits alimentaires Delivery Hero ou Internet Pharmacy Shop Apotheke.

Lufthansa continue de voler

L’ampleur de la crainte d’un amortisseur dans le secteur de l’aviation est également démontrée par le fait que la part de Lufthansa est déjà inférieure de plus de 40 % à son sommet de cette année. Le groupe tente donc de limiter les dégâts : « Lufthansa continue de voler vers l’Afrique du Sud, également pour ramener les Allemands chez eux et transporter des marchandises », peut-on lire. Il se rend 17 fois par semaine de Francfort ou Munich en Afrique du Sud, neuf fois depuis la Suisse. Il existe également cinq vols Eurowings Discover vers la Namibie voisine. Aucun n’a encore été éliminé.


– (-)


Vers la vue détaillée

Lufthansa est susceptible de parier que le groupe est actuellement un monopole avec des vols directs entre l’Europe centrale et l’Afrique australe. Les passagers allemands qui souhaitaient rentrer chez eux via Londres avec British Airways, par exemple, pourraient passer à Lufthansa à court préavis en raison d’annulations.

Au début de la pandémie de 2020, les compagnies aériennes européennes avaient suspendu la plupart de leurs vols long-courriers. Les rapatriés ont trouvé des alternatives chez Qatar Airways, entre autres, qui a traité les rapatriés réguliers via son hub de Doha. Je ne pense pas que cela devrait se reproduire. De plus, les cales du pont inférieur sont actuellement bien remplies en raison des goulets d’étranglement dans le transport de marchandises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *