Aller au contenu

Macron annonce un « plan sobriété » sur l’eau et poursuit son cours sur les retraites

Macron annonce un plan sobriete sur leau et poursuit son au 22 avril 2024

ETEmmanuel Macron a annoncé jeudi un « plan sobriété » sur l’eau pour tous les secteurs économiques mais aussi pour les particuliers qui pourraient payer plus s’ils consomment trop, lors d’un déplacement dans les Hautes-Alpes où il a estimé que la crise des retraites ne veut pas dire que  » tout a une fin ».

Le président a également annoncé fixer un objectif de 10 % de réutilisation des eaux usées d’ici 2030, alors que la France est loin derrière sur cette question. Craignant « des situations de grand stress l’été prochain » sur cette ressource menacée par le réchauffement climatique, il a souhaité la réutilisation de « 300 millions de mètres cubes, soit 3 piscines olympiques par commune (…) soit 3.500 bouteilles d’eau par Français et par an ». ”.

Quelques jours après la violente manifestation contre le méga-bassin de Saint-Soline (Deux-Sèvres), il a validé son utilité, tout en affirmant vouloir mieux « répartir les usages » et influencer son usage sur les pratiques d’économie d’eau et de pesticides.

Attendu au lac de Serre-Ponçon par environ 200 manifestants contre la réforme des retraites, qui scandaient « la démission de Macron » sous la tutelle de la CGT et de la confédération paysanne, Emmanuel Macron a estimé que cette contestation « ne l’empêche pas d’aller à la rencontre des Français ».

Lire aussi France : « Une dissolution serait un suicide pour Macron »

Deux manifestants ont été interpellés avant l’arrivée du chef de l’Etat.

Emmanuel Macron n’avait guère bougé hors de la région parisienne depuis la présentation de la réforme des retraites en janvier, à l’exception d’un bref déplacement en Charente fin février consacré à la lutte contre le papillomavirus.

La responsabilité de chacun

« Un plan de sobriété sur l’eau » sera exigé « de chaque filière » d’ici « l’été », a prévenu Emmanuel Macron en invitant chacun à être responsable et pas seulement l’agriculture, principale consommatrice d’eau par l’irrigation (ainsi que 2 milliards de m3 ), pratiquée sur seulement 7 % des surfaces cultivées mais plus souvent en été, lorsque la ressource se fait rare.

« C’est encore nous qui allons devoir être +responsabilisés+ pour économiser l’eau au profit de l’agro-industrie », a déploré l’eurodéputé écologiste David Cormand.

Après une canicule et une sécheresse historiques à l’été 2022, l’hiver en France a été particulièrement sec avec un record de 32 jours sans pluie, ce qui n’a pas permis aux nappes phréatiques de se reconstituer.

Le président a évoqué « l’énergie, l’industrie, le tourisme, les loisirs » mais les particuliers seront également invités à limiter leur consommation, grâce à un « EcoWatt de l’eau » calqué sur l’outil mis en place pour réduire la consommation d’électricité.

Ils seront encouragés par la généralisation en France d’une « tarification progressive et responsable » de l’eau. Les « premiers mètres cubes » seront « facturés à un prix modeste, proche du coût de revient », mais « au-delà d’un certain seuil le prix au mètre cube sera plus élevé ».

Dans un autre secteur très consommateur, le président a annoncé un programme d’investissements pour adapter les centrales nucléaires, troisième consommatrice d’eau en France (12%), pour leurs systèmes de refroidissement.

Lire aussi Réforme des retraites en France : à Lille, les jeunes reprennent la mobilisation

Dans le contexte du plus grand réservoir d’eau douce d’Europe occidentale, Emmanuel Macron a défendu l’installation de réservoirs qui pompent l’eau des nappes phréatiques pendant l’hiver afin que les agriculteurs puissent irriguer leurs cultures pendant l’été.

« Il ne s’agit pas de privatiser l’eau ou de laisser certaines personnes la prendre », a-t-il déclaré. Mais il a appelé à ce que les travaux futurs soient conditionnés à « des changements significatifs dans les pratiques », en commençant par économiser l’eau et réduire l’utilisation des pesticides par les agriculteurs.

Ces grands réservoirs à ciel ouvert sont ciblés par les écologistes et une partie du monde agricole, qui dénoncent une « thésaurisation » d’un « bien commun ».

Samedi, la manifestation contre l’un de ces quais à Sainte-Soline a donné lieu à des affrontements d’une extrême violence entre militants et policiers. Des milliers de personnes étaient « simplement venues faire la guerre », a commenté jeudi Macron.

Cette stratégie de gestion de l’eau devait initialement être présentée par le Premier ministre Elisabeth Borne.

Mais le président, qui a fait de l’écologie, de l’éducation et de la santé ses prochaines priorités alors qu’il tente de sortir de la crise des retraites, a finalement volé la vedette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *