Aller au contenu

Navire humanitaire Ocean Viking : « Les naufragés à bord ne comprenaient pas pourquoi l’Europe les ignoraient de la fatalité »

Après les trois semaines d’errance en mer à voile Ocean Viking, Hannah, responsable de l’équipe médicale de SOS Méditerranée alerte : « Manque de coordination des secours et l’attente en mer mettant des vies humaines en danger. »

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.


Article réservé aux abonnés


Temps de cours : 4 min

vFin 11 novembre, après trois semaines d’errance et 35 demandes de débarquement infructueuses en Italie, le navire Ocean Viking, affrété par l’ONG SOS Méditerranée, et les 234 migrants du transport, enfin autorisés à débarquer dans un port militaire de Toulon, dans le sud de la France.

Sage-femme dans les zones de crise depuis 2016, Hannah, une Australienne de 33 ans, est à la tête de l’équipe médicale de SOS Méditerranée depuis deux ans. « Ne me demandez pas mon nom de famille, s’il vous plaît », nous supplie-t-elle. Mesure simple de sécurité pour se protéger d’un climat de haine de plus en plus pesant. Elle nous parle depuis la France, où, avec le reste de l’équipement et les naufragés secourus, elle a finalement touché terre après trois semaines de mission.




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, bénéficiez de :
  • Accès illimité à tous les articles, dossiers et rapports de la rédaction
  • La revue en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *